Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Rolls-Royce dévoile un navire de patrouille autonome

Cédric Soares , , , ,

Publié le

Rolls-Royce a présenté, mardi 12 septembre, un navire de patrouille autonome. Le bateau s'adresse aux forces marines, afin de réduire les coûts liés aux équipages. Il s'agit de la première déclinaison militaire des travaux du motoriste. 

Rolls-Royce dévoile un navire de patrouille autonome
Rolls-Royce a dévoilé, mardi 12 septembre, un bateau de patrouille autonome
© Rolls-Royce CC Flickr

Rolls-Royce franchit un nouveau cap dans la navigation sans équipage. Le motoriste anglais a révélé, mardi 12 septembre, un bateau de patrouille autonome. Le navire mesure 60 m de long et peut embarquer 700 tonnes. Sa vitesse de croisière atteint 25 nœuds.  Son autonomie lui permet d’assurer des missions pouvant aller jusqu’à 100 jours. Le rayon d’action couvre 3500 milles nautiques (6 482 km). Deux turbines électriques MTU 4000, alimentées au diesel assurent la propulsion. Le bloc moteur développe une puissance de 1,5 MW. Le bateau est également équipé de panneaux solaires. Ils prennent le relai, pour fournir de l’énergie, en phase stationnaire.

Un navire conçu pour réduire les coûts liés aux équipages 

Le bâtiment est conçu pour effectuer des missions de surveillance, de protection des flottes et de détection des mines sous-marines. Sa passerelle peut servir de piste de décollage et d’atterrissage pour des drones.

Selon le constructeur, les navires militaires autonomes répondent à un impératif des armées de réduire les coûts liés aux équipages. Les fonctions normalement prises en charge par des marins sont assurées par des équipements automatisés. Rolls-Royce annonce avoir développé, en interne, une batterie d’outils pour y parvenir. Les systèmes de gestion d’énergie, de contrôle des équipements et de maintenance prédictive en font partie.

Le constructeur travaille sur les drones de navigation depuis plusieurs années. Le projet Blue Ocean, lancé en 2014, portait sur un cargo piloté à distance. Un an plus tard, le constructeur a initié le programme "Advanced Autonomous Waterborne Applications Initiative". Doté de 6 millions d’euros, son ambition est lancer les premières flottes commerciales sans aucune assistance humaine d’ici 2020. Le nouveau bâtiment incarne la première déclinaison militaire des travaux.

Réagir à cet article

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus