Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Que serait la France sans l'Europe ?

Christine Kerdellant

Publié le

L’exercice est terrifiant. Tapez dans Google : « Pourquoi l’Union européenne est une bonne chose ». Vous obtiendrez, en premier résultat de recherche : « Pourquoi l’Union Européenne est-elle un désastre ? » (Agoravox) et en deuxième : « Pourquoi l’Union européenne est condamnée » (contrepoints). Exactement l’inverse de ce qu’on cherche ! J’ai douté de l’objectivité de Google, et j’ai posé la même question sur Qwant, le moteur français qui garantit le respect de la vie privée, puis sur Bing et Yahoo. La réponse : « L’Union européenne est-elle une bonne chose pour la France ? » (Forum Fr) est arrivée en tête sur les trois sites.

J’ai réitéré ma recherche deux jours plus tard, devant témoin et à partir d’une autre adresse IP. J’ai obtenu exactement les mêmes résultats. J’ai regretté de ne parler ni russe ni chinois, car Yandex et Baidu auraient sûrement eu leur avis sur la question.

Ce test prouve deux choses. Concernant Google, d’abord : soit le leader mondial manipule son algorithme pour « casser » l’image d’une Europe qui lui fait procès sur procès – hypothèse difficile à croire quand on n’est pas adepte des théories du complot –, soit il se fait l’écho des avis les plus nombreux sur le net, donc, ici, les plus populistes. Deuxième conclusion, plus importante sur le fond : tout le monde a oublié les avantages que nous tirons de l’Union. Car la réponse obtenue sur Qwant, Bing et Yahoo, en dépit de son titre plus rassurant, renvoyait sur un forum égrenant les avis les plus caricaturaux.

Et pourtant ! Comme nous aimerions l’Europe si nous savions ce qu’elle fait et peut faire pour nous ! On évoque toujours Erasmus, les subventions agricoles et les guerres évitées, mais ce n’est que la partie émergée de l’iceberg. L’actualité est remplie des bienfaits de l’Europe. Prenez Arcelor Mittal et ses emplois français ; ils sont sauvés parce que Bruxelles n’a rien cédé dans son bras de fer avec la Chine : les exportations chinoises d’acier à bas prix font désormais l’objet de mesures anti-dumping systématiques. Et c’est la Chine qui a dû fermer ses unités de production excédentaires, pas nous… Une quarantaine de décisions du même acabit ont déjà été prises. Mais personne n’en parle ! Il est plus facile, il est vrai, de critiquer la bureaucratie européenne, si lente et si tatillonne…

Que serait la France, face à la Chine, seule dans ses négociations commerciales ? Un nain économique, une vieille gloire impuissante. Le Royaume-Uni s’en apercevra bientôt. L’Europe est un effet de synergie, un adversaire qui fait jeu égal avec Pékin ou Washington. Sur l’échiquier mondial, 500?millions d’habitants pèsent plus lourd que 65. Résultat ? Des prix plus faibles, plus de pouvoir d’achat, plus de choix pour une meilleure qualité. Et puis, la crédibilité de l’euro nous fait bénéficier de taux d’intérêt proches de ceux de l’Allemagne.

L’Union représente un potentiel gigantesque ; imaginez si nous étions tous tirés vers le haut grâce au « benchmark » des forces de chacun ! Nous aurions l’efficacité industrielle de l’Allemagne, l’ouverture sur le monde des Pays-Bas, l’outil militaire de la France, la flexisécurité du Danemark ou le système éducatif de la Finlande… Et si l’on en faisait le nouveau rêve européen, celui qui pourrait rendre l’espoir aux jeunes et empêcher le triomphe du populisme ? 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus