Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Election présidentielle 2017

Muriel Pénicaud, une ancienne DRH pour réformer le code du travail

Cécile Maillard , ,

Publié le

L’ancienne DRH du groupe Danone, jusqu'ici directrice générale de Business France, est nommée ministre du Travail. Une patronne du privé, adepte du dialogue social, à qui sera confiée la  réforme du code du travail, déjà contestée par certains.   

Muriel Pénicaud, une ancienne DRH pour réformer le code du travail
Muriel Pénicaud, ministre du Travail
© Guittet Pascal

En nommant une ancienne DRH au poste de ministre du Travail, le message d’Emmanuel Macron est clair : les entreprises seront entendues lors des futures réformes du travail. Sans la nommer, Pierre Gattaz, président du Medef, s’est d'ailleurs félicité d’un gouvernement qui compte des personnalités qui "connaissent le monde de l’entreprise".

Muriel Pénicaud, actuellement directrice générale de Business France (chez Ubifrance depuis 2014, Business France depuis janvier 2015), a fait une longue carrière chez Danone : de 1993 à 2002, elle occupe plusieurs postes au sein de la direction monde ; après une escapade chez Dassault Systèmes (2002-2008), où elle devient directeur général adjoint du groupe, en charge des ressources humaines, elle revient dans le groupe agroalimentaire comme directrice générale des ressources humaines de 2008 à 2014. Diplômée de l’INSEAD, école de management, elle fait carrière essentiellement dans le privé, mais depuis 2013, elle est présente au conseil d’administration puis de surveillance de la SNCF et administratrice d’Aéroports de Paris. Elle a aussi été administratrice d’Orange.

Politiques sociales innovantes

En tant que DRH, Muriel Pénicaud s’est distinguée par des politiques sociales innovantes, dans un groupe connu pour son ouverture à ces questions. On la décrit convaincue que le développement économique passe par une politique sociale de qualité. Chez Danone, elle a mis en place la première couverture santé mondiale d’un groupe. En 2010, elle a rédigé un rapport avec Henri Lachmann, alors PDG de Schneider Electric, sur le bien-être au travail. Au Conseil économique, social et environnemental (CESE), dont elle est membre, elle a fréquenté organisations syndicales et patronales.

La nouvelle ministre du Travail a une très bonne connaissance des milieux économiques internationaux. Fruit d’une part de son expérience à la direction du groupe Danone, d’autre part de son travail d’ambassadrice des entreprises françaises à l’étranger, depuis 2014 et sa nomination à Ubifrance/Business France. Au CESE, elle siège d’ailleurs dans la section « affaires européennes et internationales.

Muriel Pénicaud connaît le ministère du Travail pour y avoir déjà travaillé. Entre 1991 et 1993, elle était conseillère de Martine Aubry, alors ministre du Travail et de l’Emploi, en charge de la formation professionnelle. Un dossier qu’elle continuera de suivre à son entrée chez Danone, puisqu’elle y est recrutée, dès sa sortie du ministère, comme directrice de la formation. Et si elle enseigne quelque temps à l’ENA, c’est toujours sur la formation. Elle a par ailleurs été présidente de l’école d’ingénieurs AgroParisTech, et est aujourd’hui administratrice de l’établissement public de Paris-Saclay.

Gros dossiers à venir

Muriel Pénicaud, 62 ans, devra mener à bien plusieurs réformes difficiles. A commencer par celle du code du travail, annoncée pour cet été, par ordonnance. Rompue aux négociations d’entreprise, ouverte aux questions sociales, bonne connaisseuse des contraintes de l’entreprise et en contact avec les syndicalistes au CESE, elle pourrait se montrer habile dans cette réforme qui promet d’être contestée dans la rue. Il lui manque sans doute une vision des contraintes des PME, qui sauront se rappeler à son bon souvenir, notamment sur le dossier de la pénibilité.

Sa connaissance technique de la formation devrait aider à avancer vite sur une réforme qui s’annonce complexe et sera menée en 2018. Enfin, engagée en faveur du leadership des femmes, elle devra mettre en œuvre le renforcement de l’égalité salariale et professionnelle hommes-femmes promis par Emmanuel Macron.

 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus