Usine Nouvelle

S’inscrire à la newsletter
Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Mesdames, découvrez neuf grandes entreprises industrielles qui vous feront accéder au pouvoir   

, , , ,

Publié le

Document Peu de femmes dans l’industrie ? C’est vrai. A l’exception de la santé, du luxe et de la grande consommation, la part des femmes cadres dans les secteurs industriels est nettement en dessous de celle observée dans d’autres pans de l’économie. Pourtant ce sont des sociétés industrielles qui, parmi un panel des 45 plus grandes entreprises françaises, font le plus preuve de volontarisme en matière de promotion des femmes et qui le montrent dans la composition de leur comité de direction ou exécutif.

Mesdames, découvrez neuf grandes entreprises industrielles qui vous feront accéder au pouvoir © D.R.

Malgré les difficultés des entreprises industrielles à alimenter leur vivier d’ingénieurs et de scientifiques, certaines ont décidé de ne pas se passer de la moitié de l’humanité pour les diriger. C’est l’enseignement étonnant de la dernière édition de l’observatoire de la féminisation des entreprises du professeur Michel Ferrary (Skema Business school), fondées sur des données publiées en 2014. Ces entreprises exceptionnelles, qu’il appelle les "Amazones", sont caractérisées par un taux d’encadrement féminin inférieur à la moyenne des grandes entreprises (29,58%) mais dotés d’un comité de direction féminisé au-dessus de la moyenne (10,14%).

Ce sont exclusivement des entreprises industrielles : Orange, Suez Environnement, Dassault Systèmes, GDF Suez, Renault, Lafarge, Schneider Electric, EDF et Vallourec. La chef des Amazones est Orange avec un score de féminisation de 33% (4 femmes sur 12) dans son comité de direction, alors que moins d’un tiers de ses cadres sont des femmes. Des femmes qui n’ont rien d’alibi puisque dans leurs rangs se trouvent, par exemple, la directrice générale adjointe en charge de la France, Delphine Ernotte Cunci, ou la directrice exécutive en charge de l’innovation, du marketing et des technologies, Marie-Noëlle Jégo-Laveissière.

Sur ce graphique L’Oréal - pour qui "les femmes le valent bien" - est à la traîne. Avec une majorité de femmes parmi ses cadres, le géant de la cosmétique présente une féminisation de son comité de direction de moins de 20% (tout en demeurant au dessus de la moyenne). Depuis les recueils des données de l’étude de l’observatoire en 2014, L’Oréal a modifié son comité de direction pour atteindre 31% de femmes. L’indice d’inégalité calculé par Michel Ferrary (le ratio : part des femmes au comité de direction sur part des femmes dans l’encadrement) fait apparaître de grandes disparités au sein d’un même secteur que le chercheur attribue à un effet plafond de verre spécifique à l’entreprise. Ainsi le "girl power" est nettement plus prégnant chez Renault que chez PSA ou chez Suez environnement que chez son concurrent Veolia. Etonnement, la société qui a le pire indice d’inégalité est LVMH. 

Michel Ferrary ne va pas jusqu’à en tirer des enseignements sur l’impact des femmes dans la performance économique des entreprises : "Ce serait une aberration statistique car il y a encore trop d’entreprises qui n’ont que zéro femmes dans leur comité de direction, ce qui réduit considérablement l’échantillon de départ. Par ailleurs des études ont démontré qu’en dessous de 35 % une minorité a du mal à peser sur un groupe homogène." Reste que pour lui, promouvoir des femmes permet "d’accroître la qualité des ressources, de mieux répondre aux attentes des consommateurs, qui sont pour moitié des consommatrices, et de parvenir à de meilleurs processus de décisions en mixant le risque, plus masculin, et le contrôle, plus féminin." Face au discours sur les politiques d’égalité promues largement, l’observatoire de Michel Ferrary ne prétend pas épuiser le sujet mais peut donner une petit boussole aux ambitieuses en quête d’entreprises "women friendly".

Anne-Sophie Bellaiche

Réagir à cet article

Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus