Usine Nouvelle

S’inscrire à la newsletter
Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Les cars Macron plébiscités par les jeunes aux revenus modestes, au détriment du covoiturage

Olivier Cognasse

Publié le

L’enquête réalisée par l’Autorité de régulation des activités ferroviaires et routières (Arafer) révèle que l'arrivée des cars Macron permet à une partie de la population de pouvoir voyager et que finalement la voiture est davantage victime de la concurrence de ce mode de transport que le rail.

Les cars Macron plébiscités par les jeunes aux revenus modestes, au détriment du covoiturage
autocar Ouibus
© Ouibus

Les autocars devaient provoquer la mort d’un certain nombre de lignes ferroviaires. L’enquête terrain menée par l’Autorité de régulation des activités ferroviaires et routières (Arafer) devrait rassurer les adeptes du train inquiets pour le futur de leur desserte, surtout les lignes régionales. Les utilisateurs des autocars ne sont que 37% à s’être détournés du train pour prendre l’autocar, et en grande majorité des TGV (24%). Seulement 8% des voyageurs ont préféré le bus aux trains Intercités et 5% aux TER.

En fait, ils sont beaucoup plus nombreux à avoir délaissé l’auto : 19% ont laissé leur véhicule personnel au garage et 25% ont déserté les sites de covoiturage comme Blablacar. La SNCF, qui exploite un grand nombre d’autocars avec Ouibus (32% de parts de marché contre 49% pour l'Allemand Flixbus), n'est donc pas du tout perdante avec l'ouverture de ce secteur en forte croissance (+33% au troisième trimestre par rapport au précédent). L’avion n‘est touché lui qu’à la marge (2%).

D’après cette enquête, l’autocar est perçu comme moins cher et plus pratique que le covoiturage. La part modale de l’autocar est passée de 2,4% en 2015 à 3,8% en 2016, selon l’Arafer.

17% des utilisateurs ne voyageaient pas auparavant

Surtout, ces services d’autocars ont permis à de nombreuses personnes de pouvoir voyager. 17% des utilisateurs ne voyageaient jamais. En comparant les chiffres avec Allemagne qui a libéralisé le marché des autocars avant la France, on remarque qu’en 2015, seulement 10% des utilisateurs allemands d’autocars ne voyageaient pas auparavant. 

62% des personnes interrogées appartiennent à des ménages dont les revenus sont inférieurs à 2000 euros net par mois. Seules 8% d’entre elles vivent dans des foyers avec des revenus supérieurs ou égaux à 4000 euros. Et 19% sont des étudiants, catégorie socio-professionnelle surreprésentée (5% de la population des 18 ans et plus) à l’inverse des retraités : 17% des utilisateurs pour 28% de la population des 18 ans et plus. De même, les 18-24 ans sont sans surprise surreprésentés : 21% pour 10% de la population (18 ans et plus) et les plus de 60 ans sont sous-représentés : 18% pour 32% de la population.

 

 

 

Réagir à cet article

Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus