Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Le journal intime d’un entrepreneur

,

Publié le

"The Morning Challenge, journal d’un entrepreneur” est le récit au jour le jour de la vie d'un créateur d’entreprise. Installé au Numa, l’un des hauts lieux parisiens des start-up du numérique Thomas Barret  se frotte aussi à l’industrie traditionnelle. Et nous raconte son aventure avec enthousiasme et une bonne dose d’auto dérision. Rafraichissant. 

Le journal intime d’un entrepreneur

 

Certains lancent une entreprise pour devenir très riches, d’autres pour «rendre le monde meilleur» (surtout du côté de la Silicon Valley), Thomas Barret lui s’intéresse autant au chemin qu’au résultat. Et c’est une chance pour lui  un car après un an de travail, le principal succès commercial du jeune "auteur-start upper" est d’avoir vendu…81 rasoirs. Attention il ne s’agit pas de n’importe quel rasoir ! C’est un rasoir en ébène ou en palissandre, entièrement made in France, emballé par ses soins et qui coûte 159 €  (194 € avec son socle) et pour ce prix là il a même un nom : Artaban. On simplifie car Thomas a aussi lancé six autres produits tous conçu autour de son concept : réenchanter les petits matins. De cette expérience, il a tenu un journal sur son blog puis édité un livre. Des épisodes en ont également été publié au fil de l’eau sur notre site frère l’Usine Digitale. Le petit opus que livre aujourd’hui Thomas Barret de ses 52 premières semaines d’entrepreneur est plaisant et surtout instructif. On y perçoit la réalité du créateur d’entreprise par delà le chatoyant story telling qui nous est servi habituellement. Installé au Numa, il ne cache rien de ses difficultés, de ses petites joies, de ses frustrations, de ses erreurs.

Donc lancer une entreprise c’est beaucoup de café, de multiples rencontres car l’écosystème fourmille d’incubateurs, d’events, de partenaires … mais pas mal de solitude aussi.

Pour survivre, Thomas s’organise des brainstormings avec lui-même programmé sur son smartphone pour déclencher la sonnerie de début d’entrée en réunion, s’envoie des mails pour s’accorder une demi-journée de RTT et se renouvelle lui-même son CDD d’un an.

Se coltiner l'industrie traditionnelle

Il faut dire que Thomas n’a pas choisi la facilité. Il ne navigue pas dans l’univers virtuel de ses camarades du Numa et il n’est pas très tendance. Comme il l’explique son entreprise, The Morning company n’est "ni le Airbnb de la tasse à café, ni le Uber du pain au chocolat. Et pas non plus le Blablacar du peignoir. Ce n’est ni tech, ni social, ni disruptif." En revanche, Thomas doit se coltiner des industriels pour fabriquer ses produits comme des couteliers de Thiers ou des spécialistes de la brosse à dent picards. Une fois qu’il a trouvé le designer de ses rêves, encore faut-il négocier les prix et comprendre le langage crypté de ses fournisseurs avec leurs étranges vocables de "thermo-injection" ou de "raccordement facette". Comme Thomas a beaucoup d’humour cette plongée dans le quotidien d’un créateur d’entreprise qui prend son projet au sérieux mais pas sa personne est plutôt amusante. Et comme il est dans le réel, on tire de ses succès et de ses erreurs de petites leçons de gestion de projet que l’on soit dirigeant ou salarié. Pour acheter ses produits, son livre ou le rencontrer c’est le moment Thomas Barret ouvre un magasin éphémère au 39 de la galerie Vivienne (Paris 2ème) du 10 au 18 juin 2016.

Anne-Sophie Bellaiche

 

“The morning Challenge, journal intime d’un entrepreneur” Edition Marabout, 119 p. 10 €

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus