Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Drones : le marché français atteindrait 300 millions d’euros en 2015

Hassan Meddah , , ,

Publié le

Pour structurer et développer cette nouvelle filière, un conseil pour les drones civils sera installé. Toutefois, aucun soutien financier nouveau n’est prévu.

Drones : le marché français atteindrait 300 millions d’euros en 2015 © David Rodriguez Martin - Flickr - CC

Survols sauvages de Paris, des centrales nucléaires… Les drones défraient la chronique et pas seulement pour de bonnes raisons. Toutefois, l’Etat continue de croire au développement d’une filière civile des drones. Ainsi le ministre de l’Economie Emmanuel Macron et le secrétaire d’Etat en charge des transports Alain Vidalies ont fait le point, le 9 mars, sur cette nouvelle filière qui est associée à l’un des 34 plans de la nouvelle France industrielle sur les dirigeables.

L’objectif est de donner une nouvelle impulsion à un marché en pleine expansion : les 1000 acteurs présents sur ce segment devraient réaliser de l’ordre de 300 millions d’euros de chiffre d’affaires cette année, équipements et services compris. La traduction en termes d’emplois reste toutefois encore timide avec la création 2500 postes à fin 2014. Le segment des services est le plus dynamique: en deux ans, le nombre d’opérateurs de drones a été multiplié par 13. Ils se positionnent sur des activités très diverses : surveillance des ouvrages d’art et des voies ferrées, aide à la lutte contre les feux de forêts, remplacement à bon prix des hélicoptères pour des missions d’observation...

Une feuille de route

Pionnière dans le domaine de la réglementation de ces nouveaux objets volants, la France tient à garder sa longueur d’avance dans ce domaine. Les deux ministères vont ainsi installer un Conseil des drones qui sera chargé de structurer cette filière. "Du côté des constructeurs, beaucoup sont encore dans une phase de prototype. Il n’y a pas d’acteur central qui permettrait d’agglomérer autour de lui des partenaires comme dans l’aéronautique. Dans le domaine des services, les acteurs sont nombreux et éparpillés", explique-t-on à Bercy.

Cette nouvelle instance aura principalement trois missions: actualiser la réglementation pour tenir compte du développement pléthorique de l’offre d’équipements et des services, établir d’ici la fin de l’année une feuille de route définissant les priorités technologiques, établir une stratégie pour attaquer les marchés à l’exportation. Ce conseil sera présidé la première année par Patrick Gandil directeur général de la DGAC (direction générale de l’aviation civile). Aucun nouveau soutien financier n’est envisagé pour l’instant.

Hassan Meddah

Réagir à cet article

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus