Usine Nouvelle

S’inscrire à la newsletter
Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Des cadres de grandes entreprises en mission dans les PME

Publié le

Votre mission si vous l’acceptez : "passer de 1 à 5 jours dans une PME ou une start-up pour la conseiller sur un sujet spécifique".  A l’initiative de Pacte PME, la plate-forme "Pacte compétences" ouvre ce 15 novembre pour développer un nouveau type d’accords collaboratifs entre les PME et les grands groupes fondés sur la mise à disposition de ressources humaines.

Des cadres de grandes entreprises en mission dans les PME
Christophe de Maistre,le président de Pacte PME à l'origine de cette initiative
© D.R.

Acheter responsable c’est bien mais favoriser la montée en compétence et la performance de ses fournisseurs et du tissu de PME françaises c’est plus stratégique. C’est sur ce constat que Pacte PME a fondé  l’initiative "Pacte compétences" dévoilée ce mardi 15 novembre. Concrètement il s’agit de missionner des cadres des grandes entreprises sur une durée de 1 à 5 jours maximum dans des PME ou des start-up sur des problématiques spécifiques. L’équipe de Pacte PME sera chargée de réceptionner les demandes et de "matcher" les compétences à partir d’un vivier de volontaires proposés au départ par quelques grandes entreprises. En l'occurence, Generali, Michael page, Siemens France, Schneider Electric et trois constructeurs via la plate-forme française de l’automobile (Renault, PSA et Renault Trucks).

Deux des partenaires s’engagent aussi à effectuer des diagnostics gratuits en matière d’analyse des risques (Generali) et de ressources humaines (Page executive).  "Une démarche sans engagement sur l’achat de prestations par la suite", précise François Perret le directeur général de pacte PME. Pour ce qui concerne les missions, elles se distinguent du détachement, pratiqué par des grandes entreprises comme Thales, en étant plus courtes et plus opérationnelles. "En interrogeant les PME, nous nous sommes rendu compte qu’elles privilégiaient le principe d’un support ponctuel", défend François Perret.  Une étude réalisée par son organisation sur 300 dirigeants de PME  a révélé qu’en matière d’accompagnement, les demandes se concentraient  sur l’expertise juridique  (48%), la propriété intellectuelle (42 %), la stratégie (32 %), le développement international (31 %) et le marketing (30 %).

Une prestation quasi-gratuite pour les PME

 Pour les PME et start-up qui entreront dans le dispositif, la mission ne coûtera que le coût annuel de l’abonnement à la plate-forme "Pacte compétences" de  350 euros pour les entreprises de moins de 50 salariés à 1000 euros pour les plus de 250 salariés (le collaborateur de la grande entreprise continuant d’être rémunéré par elle). L’abonnement  donnera droit à deux diagnostics et une mission. Pour assurer la qualité du dispositif, le nombre de PME sera limité au départ à 100 mais Pacte PME espère une montée en charge avec l’arrivée de nouveaux grands groupes en 2017. Chaque grande entreprise s’est engagée à mettre au pot un volume de journées de collaborateurs qu’aucune pour l’instant ne souhaite dévoiler. De ce dimensionnement dépendra la puissance du dispositif.

Pour motiver et sélectionner les PME et les start-up Pacte PME va s’appuyer sur les grandes entreprises mais aussi sur les réseaux du CJD (centre des jeunes dirigeants) et du Syntec numérique. Pour les grandes entreprises, l’objectif est de renforcer la valeur de leurs fournisseurs  et de se rapprocher de leur innovation et de leur agilité. "Ces synergies cela peut-être du gagnant-gagnant. Les attitudes changent. La relation est moins dans le misérabilisme, le court-terme et plus dans le partenariat et le long terme", conclut François Perret. Pacte PME a déjà lancé une plate-forme de parrainage pour prévenir le risque de dépendance où les grands groupes acceptent de présenter un de leur fournisseur à un autre grand compte. A ce jour, on compte 60 opérations de parrainage réussis. Une goutte d'eau mais qui témoigne d'un nouvel état d'esprit. La prochaine plate-forme qui devrait voir le jour à la fin du premier semestre 2017 s'intéressera au développement des PME à l'international. 

Réagir à cet article

Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus