Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Brexit : la triple faute historique

Christine Kerdellant , ,

Publié le

Brexit : la triple faute historique

Le Brexit est un échec de l’Europe au moins autant que du Royaume Uni. Cette sortie porteuse de tant de risques – dont une menace létale sur l’Union européenne – est le résultat d’une triple faute historique.

L’égoïsme électoral de David Cameron. Le chef du parti conservateur britannique restera dans l’Histoire comme l’homme politique qui aura probablement provoqué le détricotage d’un Royaume qui n’est déjà plus uni : l’Écosse veut s’émanciper pour mieux rester dans l’Europe, l’Irlande du Nord se rapprocher de celle du Sud pour la même raison… Or c’est un petit calcul électoral du Premier ministre qui est à l’origine de ce tsunami : pour l’emporter lors des élections de 2013, Cameron devait contrer la montée du Ukip, le parti nationaliste et populiste qui affaiblissait les conservateurs en prônant la sortie de l’Union. Il a donc repris à son compte sa principale revendication : la tenue d’un référendum sur le « leave » ou « remain » en 2017… Et voilà comment le pays qui était la passerelle stratégique entre les États-Unis et l’Europe est entré dans un processus qui pourrait bien faire de lui la petite Angleterre, une nation marginalisée. Voilà comment le Brexit est devenu la punition qu’une démocratie s’inflige à elle-même.

L’absence d’incarnation du rêve européen. Deuxième erreur stratégique, liée aussi au court-termisme et à l’absence de vision ou d’abnégation des dirigeants politiques : personne ne porte plus le rêve européen. Depuis les pères fondateurs, Jean Monnet ou, plus tard, Jacques Delors, depuis François Mitterrand et Helmut Kohl, personne ne propose plus de grand dessein. Les hommes politiques s’empressent, au contraire, de mettre sur le compte de l’Europe toutes les évolutions négatives qui affectent notre vie, et de s’attribuer les rares avancées positives. Le Brexit est une bonne occasion de proposer une union plus modeste géographiquement, mais plus efficace économiquement, et surtout plus acceptable humainement. Il n’y a pas que les Anglais qui ne veulent plus de ce mastodonte bureaucratique et presque antidémocratique. L’Europe était à l’origine une ambition française : qu’elle le redevienne ! Que l’Europe de la Défense, de l’Énergie, que l’Europe fiscale et sociale, que les États-Unis d’Europe se fassent enfin !

Le dédain de la jeunesse. Le mépris en lequel la classe au pouvoir, dans son ensemble, tient la jeunesse est la troisième erreur historique. Les résultats du référendum sont édifiants : les moins de 25 ans ont voté à 73 % pour rester dans l’Union, et les moins de 35 ans à 62 % ! Ce sont les jeunes qui croient en l’Europe, qui comprennent son rôle et pourquoi elle est leur avenir. Pourtant, l’Europe les a toujours maltraités. Dernier camouflet en date, ce « Grand Plan » contre le chômage des jeunes initié par Bruxelles en 2013 et poussé par François Hollande. Il était doté de 6?milliards d’euros pour 28 États membres, soit 600 millions pour la France ! Sur un budget européen de 145 milliards d’euros annuels ! Ce sont les vieux qui votent, mais ce sont les jeunes qui feront l’Europe. Ce sont eux qui incarnent, avec le programme Erasmus en particulier, la fraternité européenne. C’est pour eux qu’il faut réformer l’Union afin qu’elle se fasse aimer. C’est avec eux qu’il faut réinventer l’Europe. 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus