L'Usine Campus

L'Usine Campus

Le palmarès des écoles d’ingénieurs 2015

Par  - Publié le
Twitter0 Facebook0 Linkedin0 Google Plus Email

  Le classement annuel des écoles d’ingénieurs reflète la diversité du paysage actuel de ces formations. Il montre aussi que l'importance de l’effet de taille pour avoir plus de visibilité.

C’est un bouleversement dont on ignore encore l’ampleur. Le classement 2015 des 100 meilleures écoles d’ingénieurs, réalisé par "L’Usine Nouvelle", voit un nouvel acteur s’imposer dans la cour des grands. Lorraine INP, un regroupement de 10 écoles qui répondaient jusque-là en ordre dispersé, se place au troisième rang de notre palmarès, juste derrière Grenoble INP et l’École polytechnique. L’atout maître de ce nouvel ensemble ? La recherche, catégorie dans laquelle il décroche la meilleure note.
Cette performance montre, une fois de plus, que l’effet de taille est indispensable si l’on souhaite rendre visible les établissements français.

Consultez aussi notre classement 2015 des écoles d'ingénieurs spécialisées dans le numérique

Depuis les origines de son classement, "L’Usine Nouvelle" s’est toujours attaché à valoriser les écoles d’ingénieurs qui jouaient l’union plutôt que l’isolement. Celles qui recherchaient une certaine taille critique pour exister en dehors de nos frontières, conscientes que leur "marque" ne pesait pas lourd dans le concert des grands établissements mondiaux. Comme le prouve d’ailleurs la performance de ces écoles dans les grands "ranking" mondiaux, dont ceux du "Times" ou de Shanghai.

DES CRITÈRES DÉDIÉS AU MONDE DE L’ENTREPRISE

Au-delà de l’effet de taille, notre palmarès assume surtout sa philosophie. Sa raison d’être est de mesurer l’efficacité de nos "fabriques" d’ingénieurs par le prisme des besoins des entreprises. La qualité académique des établissements, nous ne la jaugeons pas pendant les études mais en sortie de ligne, pour reprendre une image industrielle.

Ce qui nous intéresse, c’est de comprendre et d’identifier les établissements qui forment les ingénieurs dont nos industries ont le plus besoin. Pour cela, nous avons construit au fil des ans une batterie de critères. De la rapidité d’embauche des ingénieurs en herbe au montant de leurs premières rémunérations en passant par la nature des relations avec les entreprises (chaires, contrats de recherche) ou la capacité d’innovation, nous auscultons plus de 11 indicateurs pour établir un classement unique. Et s’il est parfois perçu comme iconoclaste, c’est parce qu’il tente d’analyser la performance non en fonction des critères du monde de l’enseignement, mais de l’entreprise.

Cécile Maillard et Anne Debray

Imprimer

3 réactions

erratum | 10/03/2015 - 19H30

Comme toujours certaines jolies pépites comme l'ESCOM ne sont pas présentée dans ce classement... Les associations sans but lucratif n'intéresse pas l'usine nouvelle !

Signaler un abus |  CITER

mmourad | 10/03/2015 - 18H50

Bonjour,
je ne crois pas vraiment a' ce classement! certaines ecoles ou universites devancent d'autres... Pour quoi continous a' faire les prepa? merci d'eclaircir la/les methode(s) de ce classement?

Signaler un abus |  CITER

Poutine4ever | 10/03/2015 - 15H48

Bonjour,



Classement 2015 très pertinent.

Centrale, Mines Paris, Arts&Métiers glissent insensiblement vers le milieu du classement

Certaines CCP sont laminées par des Polytech

Les petites privées solitaires qui gonflent leur salaire d'embauche ont du mal à se faire une place vis-à-vis des réseaux

Signaler un abus |  CITER

Effectuer une autre recherche

Rechercher

Les thèmes de L'Usine Campus


 

Recevez nos newsletters

Identifiez-vous