Usine Nouvelle

S’inscrire à la newsletter
Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Wall Street finit stable, meilleure semaine depuis 2009

Publié le

Bourse par Rodrigo Campos

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a clôturé quasi inchangée vendredi après avoir passé une bonne partie de la séance en hausse grâce aux bons chiffres de l'emploi aux Etats-Unis, mais a signé malgré tout sa meilleure performance hebdomadaire depuis près de trois ans.

Après avoir gagné jusqu'à 1%, les principaux indices ont effacé leurs gains du fait de l'incapacité de l'indice Standard & Poor's 500, référence des gérants de fonds, à franchir sa moyenne mobile à 200 jours, un seuil de résistance technique important.

Le Dow Jones a fini en recul de 0,61 point (-0,01%) à 12.019,42, le S&P-500 a cédé 0,3 point (-0,02%) à 1.244,28 et le composite du Nasdaq a gagné 0,73 point (+0,03%) à 2.626,93.

Sur la semaine, le Dow Jones a pris 7%, tandis que le S&P-500 s'est adjugé 7,4%, et Nasdaq a gagné 7,6%, soit leurs plus fortes hausses en une semaine depuis mars 2009.

Nombre de traders ont procédé à des prises de bénéfice avant une semaine jalonnée de grands rendez-vous, notamment sur le front de la crise de la dette en Europe.

Certains redoutent que le marché soit à nouveau déçu lors de la réunion politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE) jeudi et du Conseil européen de jeudi et vendredi à Bruxelles.

LE TAUX DE CHÔMAGE RETOMBE SOUS 9%

"On nous a bercé d'illusions tant de fois qu'on a peur d'être menés en bateau à nouveau", explique Nicholas Colas, stratège en chef chez ConvergEx Group à New York.

"Les attentes vont croissant pour que, lors de leur réunion la semaine prochaine, les dirigeants (européens) disposent d'un cadre de solution qui débouchera sur un renforcement de l'union budgétaire et jettera les bases d'un règlement de la crise de la dette en Europe."

A une semaine de ce sommet des chefs d'Etat et de gouvernement, la chancelière allemande Angela Merkel a plaidé vendredi pour des réformes institutionnelles en profondeur et l'inscription dans les traités européens de règles budgétaires plus strictes.

Tout au long de la journée, la cote a été soutenue par le net recul du taux de chômage en novembre aux Etats-Unis.

L'accélération des créations d'emplois et la baisse du taux de chômage à 8,6%, son plus bas niveau depuis deux ans et demi, sont venues confirmer que la reprise de la première économie mondiale se renforce au fil des mois.

Dans ce contexte, les valeurs bancaires ont tiré leur épingle du jeu, avec des gains de plus de 6% pour JPMorgan et Morgan Stanley. L'indice S&P des financières a gagné 1,36%.

L'action Google a clôturé en hausse de 1,07%. Le groupe réfléchit au lancement d'un service de commerce en ligne pour rattraper sa fréquentation perdue au profit d'Amazon.com (-0,56%), a rapporté le Wall Street Journal.

Le titre Research in Motion a cédé 9,74%, le fabricant du BlackBerry ayant prévenu qu'il n'atteindrait pas ses objectifs de bénéfices annuels en raison d'une lourde charge liée à sa tablette PlayBook.

Jean Décotte pour le service français

 

 

Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle
Votre avis ?

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus