Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Wagon Automotive se sépare de trois usines françaises

, , , ,

Publié le

Social


Après avoir racheté l'équipementier automobile britannique Oxford en mars dernier, Wagon Automotive cède trois de ses 13 unités françaises. Les salariés et représentants syndicaux des unités de Bessines (Haute-Vienne) et La Souterraine (Creuse) ont appris en fin de semaine dernière la mise en vente des deux usines implantées en Limousin.

La nouvelle a fait l'effet d'une bombe alors qu'une partie des salariés avaient débrayé pour demander une hausse des salaires de 4,2 % brut par mois. Quelque 608 emplois seraient ainsi menacés sur les deux sites limousins et environ 200 salariés de l'unité de Beaucourt (Territoire-de-Belfort) sont également concernés par la cession.

L'annonce a surpris les délégués du personnel, non encore informés de cela. Mais la direction du site haut-viennois, confirmant l'annonce la mauvaise nouvelle, ont demandé aux salariés de cesser leur mouvement.

Depuis un mois l'effectif du groupe Wagon Oxford a doublé, passant de 4 000 à 8 000 salariés répartis sur 24 sites, dont 7 dans l'Hexagone, mais aussi en Turquie, Espagne, Italie, Chine et Tchéquie. Ce rachat avait provoqué une hausse de 54 % des actions de Wagon, groupe qui occupe à ce jour le 5ème rang européen.

 « Nous sommes décidés à mettre la pression et déterminés à aller jusqu'au bout, confiait Bruno Grimaud, délégué FO de Wagon Bessines. On ne sait pas par qui on va être rachetés, ni quand, ni comment. Nous exigeons l'ouverture immédiate de négociations car nous craignons que 600 emplois soient supprimés sur les deux sites. Le conflit s'annonce dur et Peugeot sera vite en pénurie de pièces ».

Le maire de Bessines s'est voulu rassurant, rappelant que l'entreprise était hébergée en crédit bail dans des locaux appartenant à la municipalité donc que l'usine ne pouvait de ce fait être vendue.
Depuis vendredi soir, les employés ont cessé leur mouvement de grève après avoir obtenu une revalorisation salariale.

De notre correspondante en Limousin, Corinne Mérigaud

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus