"Volkswagen a un comportement indécent avec Prevent glass"

Par  - Publié le
Jean Claude Volot
© D.R.

Jean-Claude Volot, médiateur des relations inter-entreprises, accuse le constructeur allemand de ne rien faire pour soutenir Prevent glass. En redressement judiciaire depuis novembre, le sous-traitant fabrique des vitres latérales pour la Golf notamment et emploie 218 salariés à Bagneaux-sur-Loing (Seine et Marne).

L'Usine Nouvelle - Que reprochez-vous à Volkswagen ?
Jean-Claude Volot - Prevent glass travaillait à 80 % pour Volkswagen. Au plan du droit, Volkswagen prend comme prétexte que les salariés de l’entreprise, en redressement judiciaire depuis novembre, aient bloqué les livraisons pour mettre fin à leur contrat et cesser ses commandes. Mais en droit français, on ne peut pas  rompre de façon unilatérale un contrat si la rupture de livraison est liée à une cause sociale. Volkswagen veut délibérément la mort du site pour supprimer un fournisseur. Le groupe exige aussi de recevoir tous les repreneurs potentiels. On a pu remotiver des fonds intéressés à la reprise du site mais Volkswagen leur impose des conditions de prix qui ne sont pas tenables et à perte. Ce n’est pas correct et ce sont des méthodes de pirates.

Dans quelle condition intervenez-vous ?
Ce n’est pas une médiation, mais j’agis à la demande des ministères des affaires sociales et de l’industrie depuis une dizaine de jours.  J’ai proposé à Volkswagen un plan de retrait progressif sur deux ans de leur activité. Mais c’est très difficile. Il y a une semaine, nous avions obtenu un point d’avancée, le constructeur acceptait de reprendre les livraisons mais jeudi, l’usine allemande de Wolfsburg a refusé le camion plein envoyé. Alors que Volkswagen réalise 5,5 milliards d’euros de vente en France, ils ont droit de se désengager proprement de leur fournisseur.

Le tribunal de commerce examine le dossier Prevent glass ce lundi après-midi. Qu’en attendez-vous ?
J’espère qu’il va nous donner quelques semaines de prolongation pour trouver un repreneur. Aucun dossier de reprise n’a été déposé pour l’instant. Mais il y a des gens qui se sont montrés intéressés. On va faire revenir des investisseurs. Pour qu’il y ait reprise, il faut que Volkswagen tienne ses engagements initiaux et accepte d’être livré et de passer des nouvelles commandes. Sans cela, c’est fini. Ce site, qui emploie 218 personnes, fabrique de bons produits mais ne les vend pas assez cher, ils ont un savoir-faire. Volkswagen a un comportement indécent.

Les groupes allemands ne sont donc pas meilleurs que les français ?
Les 36 mauvaises pratiques que nous avons identifiées à la médiation existent aussi en Allemagne même s’il y a peut-être un peu plus d’entreprises engagées dans une logique d’écosystème. Mais en France l’esprit change. Les grands patrons en prennent conscience .Les donneurs d’ordre s’aperçoivent que respecter la loi n’entame pas leur compétitivité. Désormais, nous allons au sein de la médiation nous attaquer à la strate du dessous, qui comprend les entreprises entre 1000 et 5000 salariés.

Imprimer

La fiche PREVENT GLASS à BAGNEAUX-SUR-LOING avec Industrie Explorer

lieu

TOUT SAVOIR SUR...
Ses investissements, ses actualités, ses dirigeants, sa production...

Voir la fiche

Partagez l’info :

Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin envoyer à un ami

Effectuer une autre recherche

Rechercher
Recevez nos newsletters

Identifiez-vous