L'Usine de l'Aéro

Montée des cadences de production des grands programmes aéronautiques, émergence de nouveaux acteurs, intégration des technologies numériques, relations entres les sous-traitants et les donneurs d’ordre : le secteur aéronautique ne manque pas de défis. La mission de ce site ? Décrypter les stratégies des grands avionneurs que sont Airbus et Boeing, comprendre la montée en puissance d’acteurs comme Comac, Bombardier, Embraer et Sukoi, scruter l’émergence de nouvelles tendances (des drones aux solutions numériques) et analyser la bataille des motoristes (Safran, Rolls-Royce, Pratt & Whitney, General Electric).

 

 

L'Usine de l'Aéro

Voliris travaille au renouveau du dirigeable

Par  - Publié le
Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Dirigeable Volliris
© D.R. - Volliris

Des containers transportés par dirigeable. Saugrenu ? Pas tant que ça. C'est le pari d'Alain Bernard et de Voliris. La société, créée en 2001 par cet ex-ingénieur de l'industrie de l'armement  passionné, mise sur une nouvelle génération de dirigeables.

Son Voliris 900, sorti en 2003, a prouvé son efficacité. La société veut désormais développer progressivement l'utilisation d'hydrogène comme alternative au kérosène. "C'est la première brique technologique d'un projet lourd qui nécessitera de lever plusieurs centaines de millions d'euros", explique Alain Bernard a déjà investi une dizaine de millions d'euros dans le projet.

La première étape consiste à développer un dirigeable qui fonctionne à l'hélium et avec une motorisation diesel, avant de passer à l'hydrogène, qui sert à la fois de gaz porteur et de carburant. Voliris, qui a déjà réalisé un tour de France en dirigeable en 2007, participe depuis 2009 à un projet DG2V (pour dirigeable à grande vitesse et géométrie variable) par le pôle de compétitivité Pégase, soutenu par les pôles Astech, Aerospace Valley et Avia.

Le nouveau dirigeable, le Voliris 901, qui devrait effectuer prochainement un vol d'essai inaugural, dispose d'une aile trilobée dont le volume est variable en fonction des caractéristiques du vol (et notamment de la charge), ce qui peut permettre de réduire sa résistance à l'air, et accélérer sa vitesse, pour aller jusqu'à 150 km/h contre 80 à 100 km/h pour les dirigeables classiques.

Implantée sur l'aérodrome de Moulins (Allier), la société y a développé une plate-forme-test. Elle mise désormais sur la logistique, et notamment le transport de containers dans des milieux difficiles : désert, environnement minier. Selon Alain Bernard, il faudra encore une dizaine d'années pour développer une prestation de ce type avec un dirigeable automatisé.

Imprimer

Effectuer une autre recherche

Rechercher

Les entreprises qui font l'actu

 

 

L'Aéro en images

Assemblage final du miroir du James Webb Telescope

Le prochain télescope spatial, le James Webb Space Telescope (JWSP), a franchit il y quelques jours une nouvelle étape, l’ESA a signé le contrat avec Arianespace pour son lancement sur une fusée Ariane 5 depuis l’astroport de Kourou en octobre 2018. Assemblage des 18 miroirs, tests en température des instruments se succèdent afin de tenir les délais.

Voir la galerie

Assemblage final du miroir du James Webb Telescope

Venise vue par satellite, un autre regard sur la cité des Doges

Le carnaval de Venise est une fête traditionnelle qui remonte au moyen âge. Costumes, couleurs, masques, défilés sont au rendez-vous de cette manifestation qui a débuté il y a quelques jours.   

Voir la galerie

Venise vue par satellite, un autre regard sur la cité des Doges

[DIAPORAMA] Comment sont fabriqués les sièges éjectables du Rafale ?

  A Argenteuil (Val d’Oise), la société d'exploitation des matériels Martin Baker (SEMMB) filiale à 50-50 du fabricant britannique Martin Barker Aircraft et du français Safran, fabrique les sièges du Rafale et de l’ensemble des avions de combats de l’Armée française. La société, qui a produit en décembre dernier son 250e siège pour l'avion de combat tricolore, a réalisé un chiffre d'affaires de 28 millions d'euros en 2015. Il faut à peu près 200 heures pour fabriquer un exemplaire de ce siège éjectable. Depuis leur production en 1961, ils ont sauvé la vie de près de 700 pilotes, indique le fabricant.  

Voir la galerie

[DIAPORAMA] Comment sont fabriqués les sièges éjectables du Rafale ?

Diaporama : Rafale, F-22, Typhoon et T-38 volent en formation

Du 2 au 18 décembre 2015, le   Trilateral Exercise Initiative (TEI) réunit à Langley (Etats-Unis), les armées de l'air américaine, britannique et française. Si le but premier de l'événement est bien une montée en compétence des pilotes, il faut avouer que cette rencontre dans le ciel américain produit des images exceptionnelles.   

Voir la galerie

Diaporama : Rafale, F-22, Typhoon et T-38 volent en formation

En images : Rafale, Typhoon et F22 Raptor font le spectacle

Les Rafale de l'armée de l'air française, les F22 Raptor de l'US Air Force et les Eurofighter Typhoon de la Royal Air Force dans le ciel américain se sont livrés à une impressionnant ballet dans le ciel de Langley, aux Etats-Unis. Une chorégraphie organisée pour la première édition du Trilateral Exercise Initiative (TEI), qui a lieu du 2 au 18 décembre 2015. Les pilotes des trois nations ont commencé à se livrer à des missions simples.

Voir la galerie

En images : Rafale, Typhoon et F22 Raptor font le spectacle
Voir tous les diaporamas "Aéronautique" >>
Recevez nos newsletters

Identifiez-vous