Vinci : les concessions rattrapent la construction

Par  - Publié le
Vinci Energies
© D.R. - Vinci Energies

Malgré l’environnement économique difficile, qui touche en particulier la construction, Vinci a annoncé, mardi 5 février, une hausse de ses bénéfices. Il la doit avant tout à ses concessions autoroutières.

A première vue, le groupe traverse la tempête sans trop de heurts. Vinci, l’un des leaders mondiaux de la construction, vient d’annoncer des résultats annuels en progression. Son chiffre d’affaires de 38,6 milliards d’euros est en hausse de 4,5% et son résultat net progresse de 0,7%, à 1,9 milliard.

Dans le détail, les dynamiques sont toutefois très différentes dans les trois branches du groupe : les concessions, le "contracting" (qui regroupe les activités dans la construction, l’énergie et les travaux routiers) et l’immobilier. Si le "contracting" génère 85,6% du chiffre d’affaires, il n’apporte que 47,8% des bénéfices (résultat net). A contrario, les concessions, qui ne représentent que 13,8% de l’activité, engendrent 46,2% des bénéfices.

Une activité stable en 2013

Autrement dit, les concessions autoroutières et aéroportuaires sont dix fois plus rentables chez Vinci que les activités liées à la construction. Ce qui explique l’appétence du groupe pour les contrats de concession, à l’image de l’acquisition en décembre dernier d’Ana, la société concessionnaire pour une durée de 50 ans de l’ensemble des aéroports du Portugal.

De plus, les bénéfices sont en hausse de 4% pour les concessions et même de 12,8% pour l’immobilier, contre une baisse de 5,4% pour la branche "contracting". Ces résultats, finalement en demi-teinte, reflètent la conjoncture difficile de la construction.

La direction du groupe le reconnaît dans le communiqué de presse publié à l’occasion de ses résultats : "En 2013, l’environnement économique devrait rester difficile, notamment en Europe." Si le groupe se félicite du bon niveau de son carnet de commandes, grâce notamment au projet de ligne à grande vitesse Tours-Bordeaux, il précise qu’"un ralentissement des prises de commandes ne peut être exclu, sous l’effet de la politique de sélectivité du groupe privilégiant les marges sur les volumes". Au bout du compte, Vinci "table sur une stabilisation de son activité en 2013".

Olivier James

Imprimer

Partagez l’info :

Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin envoyer à un ami

1 réaction

durand | 06/02/2013 - 13H54

Donc en gros, cette entreprise n'est qu'une entreprise fermière qui vit sur une concession étatique et en vit bien. Ce n'était pas ma conception 1ere de la réussite. Quand on sait la corruption qu'il peut y avoir derrière tout ça, il ne faut pas s'etonner de la désaffection des français avec la réussite au mérite. Si on rajoute à cela le fait que la majorité du capital de Vinci est étranger, je suis comptant de payer mon péage pour alimenter en cash des retraités du dakota avec au passage la com' du banquier de wall street...

Signaler un abus |  CITER

Effectuer une autre recherche

Rechercher
Recevez nos newsletters

Identifiez-vous