Usine Nouvelle

S’inscrire à la newsletter
Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

[Vidéo] Il y a 40 ans, Fessenheim démarrait

Ludovic Dupin ,

Publié le

Le 7 mars 1977, la première réaction nucléaire se déroulait dans le cœur de la cuve du réacteur numéro 1 de Fessenheim. C’est l’acte de naissance du parc de 58 réacteurs aujourd’hui en exploitation en France.

[Vidéo] Il y a 40 ans, Fessenheim démarrait

Le 7 mars 1977, la première divergence avait lieu dans le réacteur numéro 1 de la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin). La première divergence est la première réaction nucléaire en chaîne lancée dans le réacteur. La centrale sera reliée au réseau un mois plus tard. La construction de cette centrale en Alsace a été imaginée dès 1967 par l’administration du Général de Gaulle. Au départ, elle aurait dû être construite sur la base de la filière technologique française, à savoir la filière graphite-gaz.

Mais l’administration du Président Georges Pompidou changera d’option pour s’orienter vers la licence américaine de Westinghouse, celle des réacteurs à eau pressurisée, plus simples et plus sûrs. Le chantier débutera en 1971. C’est sur cette base que seront construits les 58 réacteurs du parc actuel. La technologie sera peu à peu "francisée". De plus, la puissance sera accrue pour passer de 900 MW pour les trente premiers réacteurs, à 1450 MW pour les quatre derniers (le dernier mis en service fut Civaux 2 dans la Vienne en 1999).

Dès la phase de construction, des manifestations anti-nucléaires ont eu lieu, comme en témoigne ce long reportage du 21 avril 1979 diffusé dans l’émission "Vécu" sur France Inter. Beaucoup de voisins craignent l’accident, voire (déjà à l’époque) le risque d’attentat. Mais il marque aussi une certaine résignation sur le besoin de cette énergie après deux chocs pétroliers qui ont bousculé l’économie française. Plusieurs habitants attendent qu’une nouvelle énergie prenne le relais de l’atome à terme.

Plus folklorique, ce reportage sur la première chaîne française où Yves Mourousi et Michel Chevalet font découvrir le fonctionnement d’un des réacteurs de Fessenheim. Le journaliste scientifique historique de la télévision française décrit la cuve de 250 tonnes comme le "chaudron du diable" dans une infographie tout à fait vintage.

La centrale de Fessenheim, la plus ancienne de France, a été au cœur du débat de la présidentielle de 2012. Assumant une promesse de campagne, François Hollande, quelques semaines après son élection, avait assuré que la fermeture des deux tranches aurait lieu à la fin de l’année 2016. Mais les négociations avec EDF et les élus locaux n’ont pas été simples. En particulier, la nomination de médiateurs à la fermeture de la centrale pour en anticiper les impacts sociaux a été un échec.

Ce n’est qu’en janvier 2017 que le Conseil d’administration d’EDF a accepté le principe d’une indemnisation pour la fermeture de sa centrale. En théorie, cela ouvre la voie à l'arrêt des deux réacteurs alsaciens fin 2018 quand le réacteur EPR de Flamanville, actuellement en construction, démarrera.

Cela en vertu de la loi de transition énergétique qui prévoit un plafonnement de la puissance nucléaire installée à son niveau actuel. Reste que la droite a annoncé qu’elle reviendrait sur cette loi et sur la fermeture de l’actif d’EDF en cas de victoire à l’élection présidentielle.

 

Réagir à cet article

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

  • EDF/CNPE à FESSENHEIM (68740)

Les entreprises qui font l'actu

 

Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus