L'Usine de l'Energie

L’Energie, c’est aussi l’affaire de l’industrie. Pour comprendre les enjeux de la transition énergétique, suivre le développement des énergies renouvelables, décrypter les politiques environnementales et mesurer l’impact de ces changements sur la compétitivité des usines, L'Usine Nouvelle donne la parole aux industriels. Solaire, éolien, gaz de schiste, nucléaire, hydrogène, pétrole, charbon, biomasse, énergies offshores, isolation des bâtiments… toutes les énergies et les sujets seront traités par nos journalistes et notre réseau d’experts.
 

L'Usine de l'Energie

Un premier logement social à énergie positive à Paris

Par  - Publié le

Un bâtiment de logements sociaux à énergie positive à Paris, c’est faisable. Démonstration au 7 rue Guénot, dans le 11ème arrondissement de Paris.

Le premier logement social à énergie positive de Paris a été inauguré ce lundi 25 février. Conçu par l’agence d’architectes Baudouin Bergeron pour la Régie immobilière de la ville de Paris (RIVP), il est situé au 7 rue Guénot, dans le 11ème arrondissement. Il comporte 17 logements sur 5 étages qui se partagent 1033 mètres carrés habitables, pour une surface hors œuvre nette de 1453 mètres carrés.

Pour Ouerdia Haddad, chargée de l’opération pour la RIVP, le coût de 3,1 millions d’euros hors taxes de l’immeuble "est du même niveau que pour nos constructions habituelles. C’est une bonne surprise, on prévoyait au départ un coût plus élevé de 20%." Et la responsable d’affirmer que la RIVP, qui construit environ 1500 logements neufs par an à Paris, "va démultiplier ce type de bâtiments".

Le 7 rue Guénot est à énergie positive. Cela veut dire que, selon les calculs du cabinet d’études thermiques Pouget Consultants, qui a travaillé avec les architectes sur ce projet, il devrait produire plus d’énergie qu’il n’en consomme. Du moins pour les postes chauffage, éclairage, eau chaude sanitaire et auxiliaires (ventilation...). Les consommations d’usage (électroménager...) ne sont pas comptées, ce qui représente tout de même environ la moitié de la consommation totale d’énergie d’un bâtiment performant.

127 mètres carrés de panneaux solaires

La production d’énergie est assurée par 127 mètres carrés de panneaux solaires en toiture. D’une puissance installée de 21 kWc (kWcrête), ils devraient produire chaque année 33,1 KWh d’énergie primaire par mètre carré, contre une consommation calculée de 32,6 KWh/m2 pour l’immeuble. Cette basse consommation est favorisée par le préchauffage de l’eau chaude sanitaire par 35 mètres carrés de capteurs solaires thermiques et la récupération de la chaleur des "eaux grises" des douches et des machines à laver.

Pour l’architecte Hélène Bergeron, le faible niveau de production d’énergie possible sur un tel immeuble parisien a imposé "de réduire au maximum les consommation en misant sur la performance thermique du bâtiment". Outre l’usage de triples vitrages pour les fenêtres, cet impératif a conduit l’agence à vite abandonner une implantation en "L" pour opter pour un dessin particulièrement compact : l’immeuble est pratiquement rectangulaire et affiche une épaisseur inhabituellement élevée de 14 à 16 mètres. Pour "aérer" et éclairer ce design, les architectes ont rassemblé l’escalier et l’ascenseur dans un grand volume couvert par une verrière. Des parois en pavés de verre transmettent la lumière aux paliers et "pièces d’eau" des logements. Au 7 rue Guénot, sobriété rime avec luminosité.

Manuel Moragues

Imprimer

Partagez l’info :

Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin envoyer à un ami

1 réaction

Arno | 26/02/2013 - 13H33

J'adore la sémantique actuelle (fashion sémantique) qui plonge tout ce qu'elle aborde dans un air de béatitude artificielle totale.
Après le cocon des liaisons douces et des liaisons vertes, celui de la circulation apaisée, la ouate de la vidéo protection, nous voici dans le cocon de l'énergie positive... Heureux habitants que nous sommes !! Curieusement les calculs sont faits avec un énergie crête des panneaux solaires (crête = conditions optimum de production d'énergie = version optimiste). Enfin, il y a tout ce qu'on néglige dont l'électroménager.
Alors, non, ce n'est pas beau et génial ! C'est mieux, beaucoup mieux que ce que l'on fait couramment, c'est vrai.
Mais arrêtons avec des formules sémantiques sédatives de nous intoxiquer : car à force de nous faire prendre des vessies pour des lanternes, comme disait Pierre Dac, on va finir par se brûler !

Signaler un abus |  CITER

Effectuer une autre recherche

Rechercher

Les entreprises qui font l'actu

Recevez nos newsletters

Identifiez-vous