Turbotrain, le TGV oublié

Par  - Publié le
Turbotrain
© D. R.

  Il y a trente ans, le 16 septembre1981 exactement, le premier TGV reliait Paris à Lyon en moins de 2h40. Ce que l'on ignore, c'est que ce train à propulsion électrique ne fut pas réellement le premier train français à grande vitesse.

La première rame, capable de rouler au-delà des 300 km/h, officia dès 1972, en reliant Paris à Bruxelles. Ce turbotrain –comme on l'appelait alors- réussit à atteindre en pointe les 308 km/h… Une performance -réalisée dans un voyage non-commercial- que les bonnes vieilles motrices diesel étaient incapables d'atteindre.

Pour réussir cette rupture technologique, les ingénieurs de la SNCF allèrent chercher l'inspiration dans le secteur aéronautique. Dès les années 60, ils réussirent à adapter la turbine à gaz des hélicoptères Super Frelon, développé par Sud Aviation, pour l'implanter sur leurs trains.

En 1969, le turbotrain expérimental à grande vitesse TGV-001 vit le jour avec l'aide d'industriels comme Alsthom ou Turbomeca. Cette innovation relança la carrière commerciale du rail… en perte de vitesse du fait du développement de l'automobile de masse.

En 1970, l'express Paris-Caen-Cherbourg fut la première liaison à adopter ce nouveau mode de locomotion. Les liaisons furent doublées et les temps de parcours réduits de 30 minutes. Les trains à turbine à gaz furent ensuite implantés sur des lignes comme le Lyon-Strasbourg.

Mais le choc pétrolier de 1973 réduit à néant tous ces efforts. Très rapides, ces rames étaient aussi très gourmandes en carburant. Les turbines consommaient leur mélange de gaz et de kérosène à raison de 190 litres aux 100 kilomètres en pointe...

 

Imprimer

Partagez l’info :

Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin envoyer à un ami

3 réactions

Thibaut | 18/04/2011 - 08H34

@canardo.
Très juste, c'est corrigé !

@paux-courrouges
Il n'y a pas confusion. Vous avrez raison le train dont parle la chronique n'était pas en service commercial. Ceci dit, c'était bien un turbotrain. Il était propulsé lui-aussi par une turbine à gaz. Ce fut aussi le premier TGV car, jusqu'à 1973, c'est avec cette technologie que l'on espérait faire de la très grande vitesse sur les rails...

Signaler un abus |  CITER

canardo | 16/04/2011 - 20H38

190 litres par kilomètre ? ça me parait particulièrement énorme ! Sur un Lyon-Strasbourg, cela signifie 95000 litres.



Ce ne serait pas plutôt 190 litres au 100 km ?



Dans tous les cas, merci de m'avoir fait découvrir ce train que je ne connaissais pas.

Signaler un abus |  CITER

paux-courrouges | 16/04/2011 - 16H51

Il y a confusion! S’il y eut bien une rame TGV, le tout premier prototype, capable de dépasser – de peu – les 300 km/h, ce n’était qu’un prototype qui n’assura jamais aucun service commercial, ni vers Bruxelles, ni ailleurs, et auquel on préféra logiquement, après le choc pétrolier de 1973, une solution électrique.

Il y avait eu en revanche un peu avant deux générations d’automoteurs/autorails plus conventionnels, de motorisation Diesel et turbines ou turbines seules pour obtenir un rapport puissance/poids favorable, et capables de vitesses en ligne atteignant jusqu'à 200km/h. Ces turbotrains ETG et RTG, exportés aux USA, en Egypte et en Iran, étaient encore en service sur le réseau SNCF en 2005.

Signaler un abus |  CITER

Effectuer une autre recherche

Rechercher
Recevez nos newsletters

Identifiez-vous