Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

"Tu y crois toi ? Nespresso, ils vendaient du café avec du Frutiger !"

, , , ,

Publié le , mis à jour le 23/10/2014 À 07H06

Pour s’assurer une identité visuelle forte, le célèbre fabricant de dosettes de café Nespresso vient de créer sa propre police de caractères. Derrière cette création, un homme : le typographe Jean-François Porchez. Vous ne le connaissez pas et pourtant vous le lisez depuis des années, dans le métro, les magasins, sur vos voitures...Secrets de fabrication d’un homme qui rend les marques discrètement uniques.

Tu y crois toi ? Nespresso, ils vendaient du café avec du Frutiger ! © www.typofonderie.com/

"Tu y crois toi ? Nespresso, ils vendaient du café avec du Frutiger", s’amuse Jean-François Porchez, dans son petit atelier de création de Clamart (Hauts-de-Seine). Pour le commun des mortels, le caractère d’un café c’est son arôme mais pour le typographe, c’est surtout la police de ses écrits. Après avoir créé des caractères pour le Monde, la RATP, Yves Saint Laurent, Vuitton…  il vient de finaliser un caractère exclusif pour Nespresso. 

Quatre graisses différentes et 800 caractères pour trois alphabets : le latin, le cyrillique et le grec. La première application peut se découvrir aux Champs Elysées dans le magasin Nespresso rouvert en octobre 2014 après rénovation. Cette police va se déployer bientôt sur tous les éléments visuels de la marque. Mais revenons au Frutiger, célèbre et rigoureux caractère typographique suisse qui semblait convenir au géant de Vevey, Nestlé

Plus maintenant. Pour vendre une marque mondiale, et alors que les fabricants de capsules concurrentes se multiplient, il faut une identité visuelle forte et unique. Le groupe Nestlé et son agence de design, Future brand, décide donc de doter Nespresso d’une police de caractère propre. Le travail de Jean-François Porchez débute, il durera plus d’un an. Il faut mettre un peu d’Italie et  de "barrista" dans l’affaire, sans en faire trop  car "chez Nespresso, l’Italie est présente mais de manière discrète dans les noms des cafés par exemple. Il n’y a pas des drapeaux italiens partout", explique Jean-François Porchez. 

L’affaire de la barre penchée du "e"

Après un travail de recherche sur les caractères de l’Italie des années 50, il proposera deux esquisses. Nestlé en choisit une. Reste à mettre en œuvre dans le détail l’ensemble des lettres. C’est un travail qui mêle une extrême sensibilité, une grande rigueur et aussi de la ténacité. Il faut parfois se confronter à son propre client, pour son bien, pour que "ça dure", pour que ce qui ne se voit pas participe au final à une reconnaissance immédiate de la marque. "J’ai mis deux à trois mois à faire accepter la barre penchée du 'e'.", précise Jean-François Porchez. L’expert y voit un détail essentiel pour parvenir à une identité spécifique, avec un zeste d’italianité. 

Faut-il être fou, psychorigide ou d’un orgueil incommensurable, pour s’accrocher comme un forcené à une barre de "e" ?  Rien de tout cela. Jean-François Porchez parle de son métier avec enthousiasme mais humilité. Exemple avec le caractère qu’il a créé pour la RATP en 1996, la Parisine. Au départ conçu uniquement pour les éléments de signalétique (panneau, nom des stations), la Parisine a finalement gagné l’ensemble des productions écrites de l’entreprise. Le typographe ne s’en attribue pas le mérite. 

"C’est presque par hasard. Un jour, l’agence BETC a fait une campagne en utilisant les plans de métro. Elle a bien fonctionné et le caractère s’est inscrit dans l’entreprise", dit-il. Depuis, à la demande de Yo Kaminagai, le designer maison de la RATP, Jean-François Porchez a même réalisé une version Office de la Parisine pour la communication écrite interne. Toutes les notes de services sont rédigées dans ce caractère. Pour les nouveaux bus, il a décliné une Parisine adaptée à l’affichage par led. "Les alphabets sont fournis par les entreprises qui fabriquent les systèmes d’affichages, souligne-t-il. C’était très moche, très serré, on pouvait mettre peu de texte. Nous avons revu cela, en testant également le caractère auprès de déficients visuels."  Jean-François Porchez  s’intéresse au dessin mais son métier le confronte aussi à la matière. Les leds pour la RATP, la toile enduite pour Louis Vuitton.  

Pour cette marque, il a créé la police "Vuitton Persona" afin de marquer les sacs aux initiales des clients. Dans son atelier, il déplie des échantillons de la célèbre toile enduite monogrammé où ont été effectués des tests de graisses et de couleurs. Louis Vuitton personnalisait depuis longtemps les malles et objets sur mesure à la main à l’aide de peintres en lettres. Elle propose maintenant  une personnalisation  sur  sacs. La ligne "Mon monogramme" permet, par une impression laser, de personnaliser en deux couleurs l’intérieur ou l’extérieur du sac.

La toile étant imprimée avant le montage. Les initiales sont disponibles en alphabet latin et cyrillique. L’arabe et le chinois ne sont pas à l’ordre du jour, malgré le large marché de clientes concernées. Ces alphabets ont été jugés trop éloignés de l’ADN de la marque française. Pour l’instant.

Anne-Sophie Bellaiche

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

26/10/2014 - 09h13 -

Comment prospérer sur la bêtise humaine ?
Pourquoi cacher dans une capsule un produit de grande consommation ? Certainement pour pouvoir le transformer à souhait! Après ça on comprend mieux le pourquoi de la défense de la marque.
Répondre au commentaire

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

  • LOUIS VUITTON MALLETIER - ES à PARIS (75001)
  • NESPRESSO à PARIS (75015)

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus