Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Tournant historique pour les cocottes Le Creuset

, ,

Publié le

Le Creuset va construire une usine de 28 000 m² sur son site historique de l'Aisne et réaménager ses installations pour un investissement de 80 millions d’euros. D'ici à 2014, le groupe procédera également à 200 embauches.

Tournant historique pour les cocottes Le Creuset
©Le Creuset

Ce vendredi, 23 septembre, à 15 heures, le fabricant d’ustensiles culinaires en fonte émaillée, Le Creuset, installé à Fresnoy-le-Grand (Aisne), posera la première pierre d’une usine de 28 000 mètres carrés de superficie totale, sur son implantation historique. Construite par Spie Batignolles, cette unité comprendra une nouvelle « émaillerie » de 23 000 m² déjà en construction et une fonderie de 5 000 m².

Le leader mondial des articles culinaires en fonte émaillée (250 millions d’euros de chiffre d'affaires cumulé en 2011, 600 salariés à Fresnoy-le-Grand) va, dans le même temps, remodeler et réaménager son site datant de 1925.

L’ensemble représente pour Le Creuset un investissement de 80 millions d’euros sur quatre ans, la moitié de ce montant étant constitué d’équipements et de machines. L’enjeu pour Le Creuset est notamment de pouvoir mieux répondre aux besoins en matière de séries et de couleurs, en continuant à offrir le même niveau de qualité pour les finitions et les émaux.

200 embauches d'ici à 2014

A l’horizon 2014, le site entièrement rénové devrait employer 200 salariés supplémentaires, portant l’effectif à 800 personnes. « Nous allons doubler les capacités de nos bâtiments afin de pouvoir doubler à terme les capacités de production du site », explique Patrick Jacob, directeur technique aux côtés de Huguette Gérard, la P-DG. Ce faisant, « Nous allons créer un flux cohérent de circulation des anciens bâtiments vers les nouveaux » de la fonderie à l’émaillerie en passant par l’atelier d’ébavurage et la préparation des surfaces. « Nous sommes dans une métier de niche avec une grande complexité technologique », analyse Patrick Jacob.

Ce métier qui consiste à vitrifier de l’émail (une sorte de verre) sur des cocottes en fonte, implique notamment du matériel performant pour le transfert de la fonte liquide ainsi que des machines à mouler rapides et précises. Du fait des spécificités de son métier, Le Creuset dit ne pas avoir à sa disposition de fournisseurs développant les machines dont il a besoin. « Cela nous oblige à rechercher les solutions par nous-mêmes et à faire de la recherche appliquée avec des partenaires de différents secteurs tels que l’agro-alimentaire, la peinture ou la céramique ».

92 % du chiffre d’affaires à l’export

Le Creuset a assis son développement sur son savoir-faire technique - dans lequel il investit chaque année - et sur un vigoureux déploiement à l’international. A la tête de 23 filiales de commercialisation, Le Creuset réalise aujourd’hui 92 % de son chiffre d’affaires à l’export avec une forte présence aux Etats-Unis.

Passé près du gouffre dans les années 1980, Le Creuset avait été racheté en 1988 par Paul van Zuydam, un industriel britannique d’origine sud-africaine, qui est toujours l’unique actionnaire de l’entreprise. Il avait pris des décisions énergiques reposant sur « l’écoute » des clients et des marchés - la mythique cocotte est aujourd’hui déclinée en plus de 20 couleurs - le développement à l’international au travers de filiales exclusives et le repositionnement - réussi - de la « gamelle en fonte » vers le haut de gamme et les arts de la table.

Parallèlement, Le Creuset s’est diversifié dans des produits dérivés « hors fonte » pour l’univers de la cuisine et de la table. Cette diversification avait commencé en 1991 avec le rachat cette année-là de la société américaine Screwpull spécialisée dans les accessoires à vin. La diversification s’est poursuivie avec des articles en inox, aluminium forgé, céramique et silicone. Si la célèbre cocotte orange volcanique reste indémodable les produits hors « fonte » représentent désormais 35 % de l’activité du groupe.

Réagir à cet article

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus