Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Timide hausse à Wall Street, Trump démantèle deux commissions

Publié le

Infos Reuters NEW YORK (Reuters) - Wall Street a fini en légère hausse mercredi, mais en retrait par rapport à ses pics du jour, alors que l'inquiétude monte sur la capacité de Donald Trump à mettre en oeuvre son programme de réformes et que les "minutes" de la dernière réunion de la Fed reflètent une inquiétude croissante au sujet de l'inflation.

Timide hausse à Wall Street, Trump démantèle deux commissions
Wall Street a fini en légère hausse, mais en retrait par rapport à ses pics du jour, alors que l'inquiétude monte sur la capacité de Donald Trump à mettre en oeuvre son programme de réformes et que les "minutes" de la dernière réunion de la Fed reflètent une inquiétude croissante au sujet de l'inflation. L'indice Dow Jones a gagné 25,88 points, soit 0,12%, à 22.024,87. /Photo d'archives/REUTERS/Brendan McDermid
© Brendan McDermid

L'indice Dow Jones a gagné 25,88 points, soit 0,12%, à 22.024,87. Le S&P-500, plus large, a pris 3,50 points, soit 0,14%, à 2.468,11. Le Nasdaq Composite a avancé de son côté de 12,1 points (+0,19%) à 6.345,11 points.

Le président américain a démantelé deux commissions consultatives formées de chefs d'entreprise prestigieux, dont un nombre croissant avaient de toute façon annoncé leur démission pour protester contre sa réaction aux violences du week-end dernier lors d'un rassemblement de l'extrême droite à Charlottesville, en Virginie.

"Cela accroît le doute sur la capacité du président à faire passer ses projets politiques", dit David Schiegoleit, chargé des investissements à U.S. Bank Private Wealth Management.

La Bourse de New York avait brièvement gagné du terrain en fin de séance juste après la publication du compte rendu de la dernière réunion de politique monétaire de la Réserve fédérale. Ces "minutes" montrent que les responsables de la Fed sont de plus en plus préoccupés par la récente faiblesse de l'inflation.

Certains ont même appelé à interrompre la hausse des taux engagée depuis décembre tant qu'il n'y aurait pas de signes clairs que cet accès de faiblesse est passager.

L'institut d'émission américain avait décidé de ne pas modifier sa politique monétaire en juillet et dit qu'il allait normaliser son bilan de 4.200 milliards de dollars d'actifs.

La faiblesse de l'inflation ces derniers mois, qui reste sous l'objectif de 2% de la Fed, incite les investisseurs au scepticisme concernant une hausse de taux d'ici décembre.

La plupart des grands secteurs du S&P ont terminé en hausse, celui des matériaux de base en tête (+0,92%).

L'apaisement entre la Corée du Nord et les Etats-Unis après une semaine de tensions fortes soutient la tendance. Donald Trump a félicité le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un d'avoir suspendu d'éventuels tirs de missiles visant les environs de l'île américaine de Guam dans le Pacifique.

"Le marché pousse un soupir de soulagement, les tensions autour de l'arme nucléaire s'étant considérablement apaisées et la bonne saison des résultats du deuxième trimestre ayant été bonne", souligne Adam Sarhan de Sarhan Capital.

Sur le plan économique, les mises en chantier ont baissé contre toute attente, ce qui pourrait tempérer les anticipations d'un rebond de l'immobilier au troisième trimestre.

L'indice dollar perd du terrain (-0,36%) à la suite des minutes de la Fed qui sèment le doute sur le calendrier de hausse des taux, à quoi s'ajoute le divorce entre Trump et de nombreux dirigeants de grands groupes américains.

L'euro prend 9,3% à 1,1767 dollar alors que, contrairement aux attentes, deux sources proches du dossier ont fait savoir que le président de la Banque centrale européenne ne délivrerait aucun nouveau message à la réunion des banquiers centraux à Jackson Hole à la fin du mois.

Aux valeurs, Home Depot a repris des couleurs (+1,39%), après son recul de la veille malgré la publication de résultats meilleurs que prévu, les investisseurs craignant un ralentissement à venir du marché immobilier.

Target s'est adjugé 3,61% à la suite de l'annonce d'un bénéfice trimestriel plus important que prévu et d'une hausse de 1,3% de ses ventes à données comparables, après un an de chiffre d'affaires en baisse.

L'action de l'enseigne de prêt-à-porter Urban Outfitters a bondi de 17,48% en réaction à des résultats trimestriels qui ont dépassé les attentes. C'est sa plus forte progression en séance depuis son introduction en Bourse en 1993.

Les cours du pétrole ont terminé en repli mercredi sur le marché new-yorkais Nymex, malgré la plus forte baisse hebdomadaire des stocks de pétrole en un an, l'agence américaine d'information sur l'énergie (EIA) ayant annoncé dans le même temps une augmentation de la production du pays.

(Sruthi Shankar et Caroline Valetkevitch, Laetitia Volga et Juliette Rouillon pour le service français)

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus