Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Tilly-Sabco se déclare en cessation de paiements

, , ,

Publié le

L'abattoir de volailles pour le grand export vient de se déclarer lundi 22 septembre en cessation de paiements. Le tribunal de commerce de Brest se réunira demain pour prononcer sa liquidation judiciaire. 330 salariés sont concernés.

Tilly-Sabco se déclare en cessation de paiements © DR

Fin de partie pour Tilly-Sabco (Guerlesquin, Finistère). La direction générale de cette entreprise d'abattage de poulets pour le grand export a réuni lundi 22 septembre les délégués du personnel pour les informer de la situation. Daniel Sauvaget, le directeur, a déclaré Tilly-Sabco en cessation de paiements. Une audience est prévue mardi 23 septembre au tribunal de commerce de Brest qui devrait se traduire par la liquidation de l'entreprise déjà sous le coup d'un plan de continuation. Le jugement pourrait être mis en délibéré quelques jours.

Tilly-Sabco, qui emploie 326 salariés, vend 90 % de ses volumes de poulets congelés au Moyen-Orient. La fin des restitutions - aides européennes - en juillet 2013 a été fatale à cette entreprise qui n'a pas su se diversifier. Daniel Sauvaget estime qu'il lui manque "300 euros par tonne" de volailles vendue pour être rentable. Depuis le printemps dernier, la propriété de Tilly-Sabco revient à l'Etat, la Région Bretagne et la CCI de Morlaix qui ont engagé dans cette entreprise la somme globale de 4 millions d'euros sous la forme d'une fiducie gestion afin de l'aider à passer le mauvais cap.

15 millions d'euros d'investissements

Une centaine de producteurs de volailles travaille encore avec Tilly-Sabco dont la direction espère obtenir du tribunal de commerce une poursuite d'activités de plusieurs mois. Ce délai pourrait lui permettre de trouver une solution de reprise de ses actifs par un groupe français ou étranger.

Jusqu'à présent, les autres professionnels de la filière volaille n'ont pas manifesté d'intérêt pour cet abattoir de volailles. Son concurrent, le groupe Doux (Chateaulin, Finistère) se déclare peu enclin à reprendre cet outil. Depuis janvier, il tourne au ralenti. Le personnel de production est soumis à deux à trois jours de chômage technique par semaine. Le syndicat CGT de Tilly-Sabco précise que "l'usine est de qualité, de nombreux investissements y ont été régulièrement réalisés".

D'après Daniel Sauvaget, 15 millions d'euros y ont été engagés au cours des quatre à cinq années écoulées dans les outils mais également la formation du personnel. Le dirigeant explique que dans le cadre de la procédure qui s'ouvre, il "espère faire émerger des solutions".

Stanislas du Guerny

Réagir à cet article

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus