L'Usine de l'Aéro

Montée des cadences de production des grands programmes aéronautiques, émergence de nouveaux acteurs, intégration des technologies numériques, relations entres les sous-traitants et les donneurs d’ordre : le secteur aéronautique ne manque pas de défis. La mission de ce site ? Décrypter les stratégies des grands avionneurs que sont Airbus et Boeing, comprendre la montée en puissance d’acteurs comme Comac, Bombardier, Embraer et Sukoi, scruter l’émergence de nouvelles tendances (des drones aux solutions numériques) et analyser la bataille des motoristes (Safran, Rolls-Royce, Pratt & Whitney, General Electric).

 

 

L'Usine de l'Aéro

Thales s’impose dans les cockpits d'Airbus et d'Embraer

Par  - Publié le
Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Cockpit I-DECK de Thales du futur A350
© D.R. Thales

Le fabricant a remporté des contrats avec les avionneurs européen et brésilien. Il consolide sa position de numéro trois mondial sur le marché de l'électronique de bord.

Luc Vigneron, patron de de Thales, peut avoir le sourire. En difficulté dans les années 2009 et 2010, suite aux retards de grands programmes aéronautiques comme l'A400M, la division avionique du groupe vient de remporter deux contrats significatifs, consolidant les positions du groupe dans le domaine de l'électronique de bord à la fois sur les marchés civils et militaires. Le premier avec son client historique Airbus qui l'a sélectionné pour ses calculateurs de vols pour l'A320 NEO. Le second avec l'avionneur brésilien Embraer qui a retenu son système de navigation inertielle et son GPS pour son avion de transport militaire, le KC390.

Pour séduire Airbus et l'A320 NEO, Thales a su proposer une solution extrêmement compétitive sur le prix et sur le plan industriel. "C'est un contrat très important pour Thales. Il est le fruit de tous nos efforts d'industrialisation. Les chaines d'assemblage d'Airbus sont très exigeantes et demandent une performance de ponctualité exceptionnelle", affirme Luc Vigneron. Il s'agira de fournir le futur best-seller d'Airbus dont les cadences de production pourraient attendre à terme jusqu'à 50 unités par mois.

40 000 unités par an

Thales livre en effet 40 000 pièces par an à son client. Malgré des contrats libellés en dollars qui défavorisent le constructeur européen, Thales a remporté l'appel d'offres face à des concurrents américains au terme "d'une compétition très sévère". Le groupe n'a pas voulu communiquer le montant du contrat mais le chiffre d'affaires pourrait avoisiner les 300 000 à 500 000 dollars par avion.

Pour séduire le client brésilien, le juge de paix a été plus la technologie. La centrale inertielle de Thales, qui permet au pilote de connaître précisément l'évolution de l'appareil dans les trois dimensions de l'espace, est extrêmement compacte, tenant pratiquement dans la main. «Nous avons une solution totalement intégrée là où la plupart de nos concurrents assemblent plusieurs blocs. Cette technologie repose sur des faisceaux lasers plutôt que sur le mouvement d'éléments mécaniques» précise Michel Mathieu, président des activités avioniques de Thales. Bonne nouvelle pour Thales : l'avion militaire brésilien aurait déjà été commandé à environ 250 exemplaires par différentes armées.

Avec ces contrats, Thales renforce sa position de numéro 3 mondial des solutions d'avionique. Cette activité représente environ 10 % du chiffre d'affaires du groupe soit environ 1,6 milliard d'euros. "Nous visons une croissance de 5% par an sur ce marché", explique Michel Mathieu. Elle concerne 6000 salariés dans le monde dont 4000 en France.

Imprimer

Effectuer une autre recherche

Rechercher

Les entreprises qui font l'actu

 

 

L'Aéro en images

Venise vue par satellite, un autre regard sur la cité des Doges

Le carnaval de Venise est une fête traditionnelle qui remonte au moyen âge. Costumes, couleurs, masques, défilés sont au rendez-vous de cette manifestation qui a débuté il y a quelques jours.   

Voir la galerie

Venise vue par satellite, un autre regard sur la cité des Doges

[DIAPORAMA] Comment sont fabriqués les sièges éjectables du Rafale ?

  A Argenteuil (Val d’Oise), la société d'exploitation des matériels Martin Baker (SEMMB) filiale à 50-50 du fabricant britannique Martin Barker Aircraft et du français Safran, fabrique les sièges du Rafale et de l’ensemble des avions de combats de l’Armée française. La société, qui a produit en décembre dernier son 250e siège pour l'avion de combat tricolore, a réalisé un chiffre d'affaires de 28 millions d'euros en 2015. Il faut à peu près 200 heures pour fabriquer un exemplaire de ce siège éjectable. Depuis leur production en 1961, ils ont sauvé la vie de près de 700 pilotes, indique le fabricant.  

Voir la galerie

[DIAPORAMA] Comment sont fabriqués les sièges éjectables du Rafale ?

Diaporama : Rafale, F-22, Typhoon et T-38 volent en formation

Du 2 au 18 décembre 2015, le   Trilateral Exercise Initiative (TEI) réunit à Langley (Etats-Unis), les armées de l'air américaine, britannique et française. Si le but premier de l'événement est bien une montée en compétence des pilotes, il faut avouer que cette rencontre dans le ciel américain produit des images exceptionnelles.   

Voir la galerie

Diaporama : Rafale, F-22, Typhoon et T-38 volent en formation

En images : Rafale, Typhoon et F22 Raptor font le spectacle

Les Rafale de l'armée de l'air française, les F22 Raptor de l'US Air Force et les Eurofighter Typhoon de la Royal Air Force dans le ciel américain se sont livrés à une impressionnant ballet dans le ciel de Langley, aux Etats-Unis. Une chorégraphie organisée pour la première édition du Trilateral Exercise Initiative (TEI), qui a lieu du 2 au 18 décembre 2015. Les pilotes des trois nations ont commencé à se livrer à des missions simples.

Voir la galerie

En images : Rafale, Typhoon et F22 Raptor font le spectacle

Diaporama : les Rafale sur la base aérienne de l'US Air Force de Langley

Six Rafale de l'armée de l'air française sont arrivés sur la base militaire américaine de Langley (Virginie). Objectif : un exercice trilatéral avec des F-22 Raptor de l'US Air Force et des Eurofighter de la Royal Air Force.L'exercice doit se terminer le 18 décembre.   

Voir la galerie

Diaporama : les Rafale sur la base aérienne de l'US Air Force de Langley
Voir tous les diaporamas "Aéronautique" >>
Recevez nos newsletters

Identifiez-vous