L'Usine de l'Aéro

Montée des cadences de production des grands programmes aéronautiques, émergence de nouveaux acteurs, intégration des technologies numériques, relations entres les sous-traitants et les donneurs d’ordre : le secteur aéronautique ne manque pas de défis. La mission de ce site ? Décrypter les stratégies des grands avionneurs que sont Airbus et Boeing, comprendre la montée en puissance d’acteurs comme Comac, Bombardier, Embraer et Sukoi, scruter l’émergence de nouvelles tendances (des drones aux solutions numériques) et analyser la bataille des motoristes (Safran, Rolls-Royce, Pratt & Whitney, General Electric).

 

 

L'Usine de l'Aéro

STX : l'ex-paquebot lybien affiche le logo MSC

Par  - Publié le
Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
STX Saint-Nazaire
© Bernard Biger - STX

La direction de STX ne communique pas sur le client qui achètera le paquebot commandé à l'origine par une compagnie lybienne. Mais l'AFP le confirme lundi : à Saint-Nazaire, le navire a été décoré avec le logo de l'armateur italien MSC.

La vente n'est pas encore finalisée, mais le client est aujourd'hui connu. Le paquebot en question a été commandé initialement par la compagnie publique lybienne GNMTC, mais la guerre civile dans le pays a bloqué le processus.

En juin 2011 STX France a résilié le contrat pour "défaut de paiement". Mais la construction était déjà bien avancée et a continué, dans l'attente d'un éventuel acheteur.

Ce client providentiel est donc l'armateur italien MSC, avec qui STX négocie depuis quelques mois. Le paquebot affiche sur sa proue, son nom "MSC PREZIOSA", et le logo blanc en forme d'étoile de MSC a été installé sur la cheminée du navire.

"Nous ne faisons pas de commentaire", réagit la direction de STX. "Les négociations se finalisent", mais "on ne tient pas à s'exprimer pour ne pas mettre la pression d'un côté ou de l'autre", précisent-ils.

Imprimer

Effectuer une autre recherche

Rechercher

 

 

L'Aéro en images

Campagne finale d’essais en vol et dans la neige pour le Falcon 8X de chez Dassault.

Le Falcon 8X, nouveau fleuron de Dassault Aviation, est entré dans la phase finale de son programme de certification et d’essais en vol, tandis que se poursuivent les préparatifs en vue de la première livraison du triréacteur à très long rayon d’action. Les trois appareils du programme d’essais en vol ont accompli quasiment toutes les procédures prévues dans le cadre des essais de certification, et ont à ce jour accumulé plus de 650 heures de vol au cours de 325 sorties.  

Voir la galerie

Campagne finale d’essais en vol et dans la neige pour le Falcon 8X de chez Dassault.

Découvrez les premières images du dirigeable Airlander 10

Dans un hangar près de Bedford, au nord de Londres, Hybrid Air Vehicles a levé le voile sur son dirigeable Airlander 10.

Voir la galerie

Découvrez les premières images du dirigeable Airlander 10

Assemblage final du miroir du James Webb Telescope

Le prochain télescope spatial, le James Webb Space Telescope (JWSP), a franchi il y quelques jours une nouvelle étape, l’ESA a signé le contrat avec Arianespace pour son lancement sur une fusée Ariane 5 depuis l’astroport de Kourou en octobre 2018. Assemblage des 18 miroirs, tests en température des instruments se succèdent afin de tenir les délais.

Voir la galerie

Assemblage final du miroir du James Webb Telescope

Venise vue par satellite, un autre regard sur la cité des Doges

Le carnaval de Venise est une fête traditionnelle qui remonte au moyen âge. Costumes, couleurs, masques, défilés sont au rendez-vous de cette manifestation qui a débuté il y a quelques jours.   

Voir la galerie

Venise vue par satellite, un autre regard sur la cité des Doges

[DIAPORAMA] Comment sont fabriqués les sièges éjectables du Rafale ?

  A Argenteuil (Val d’Oise), la société d'exploitation des matériels Martin Baker (SEMMB) filiale à 50-50 du fabricant britannique Martin Barker Aircraft et du français Safran, fabrique les sièges du Rafale et de l’ensemble des avions de combats de l’Armée française. La société, qui a produit en décembre dernier son 250e siège pour l'avion de combat tricolore, a réalisé un chiffre d'affaires de 28 millions d'euros en 2015. Il faut à peu près 200 heures pour fabriquer un exemplaire de ce siège éjectable. Depuis leur production en 1961, ils ont sauvé la vie de près de 700 pilotes, indique le fabricant.  

Voir la galerie

[DIAPORAMA] Comment sont fabriqués les sièges éjectables du Rafale ?
Voir tous les diaporamas "Aéronautique" >>
Recevez nos newsletters

Identifiez-vous