Usine Nouvelle

S’inscrire à la newsletter
Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

STÉPHANE FOLLIN-ARBELET MONTE CHEZ BOUCHARD PÈRE & FILS

,

Publié le

Bourgogne/Viticulture

Port décontracté, accueil chaleureux et voix posée, à 42 ans, Stéphane Follin-Arbelet, en poste depuis quelques jours à la direction générale de la maison de vins Bouchard Père et Fils, implantée à Beaune (Côte-d'Or), masque bien le poids de ses nouvelles responsabilités. « Je dois accentuer nos efforts à l'exportation et rentabiliser l'investissement de 14 millions d'euros dans notre nouvelle cuverie de Savigny-lès-Beaune », assure le directeur général.

L'ancien directeur commercial France du négociant sait pourtant mieux que personne que diriger les deux filiales bourguignonnes du groupe des Champagnes Henriot, avec William Fèvre à Chablis (Yonne), ne laisse aucune marge à l'erreur. Car, Joseph Henriot, le P-DG, impose une stratégie qui ne se discute pas : faire des vins uniques issus des meilleurs terroirs locaux.

Ingénieur agronome et titulaire d'un DESS de commerce international, Stéphane Follin-Arbelet éprouve une vraie passion pour ce produit. « Il s'agit d'un bien culturel que reflètent l'histoire et la géographie de notre pays », souligne t-il. Originaire de Nîmes, mais élevé en grande partie chez son grand-père vigneron à Aloxe-Corton (Côte-d'Or), ce père de six garçons maîtrise parfaitement tout le process de vinification.

Sa carrière débute toutefois chez Danone comme chef de produit. Mais lorsque se présente l'opportunité d'intégrer Bouchard début 1995, il n'hésite pas une seconde. « C'est l'année où Joseph Henriot achète l'entreprise et me confie la responsabilité du marché français pour le groupe », explique Stéphane Follin-Arbelet.

Il voit se constituer le plus beau domaine viti-cole de Bourgogne, avec aujourd'hui 130 hectares de vignes en Côte-d'Or, dont 84 de premiers et grands crus, auxquels s'ajoutent les 48 hectares aux appellations prestigieuses de la maison William Fèvre, reprise en 1998. Il a également permis aux deux filiales (200 salariés) d'atteindre l'an dernier 41 millions d'euros de chiffre d'affaires, avec une clientèle de grands noms.

 

 

Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle
Votre avis ?

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus