Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Siemens visite l’usine Faiveley d’Amiens

, ,

Publié le

L’usine Faiveley Transport d’Amiens (Somme) reçoit la visite du directeur du matériel roulant de Siemens France, Eric Cazeaux. Cette usine va fabriquer pour Siemens les systèmes de freinage du TGV allemand de nouvelle génération.

Siemens visite l’usine Faiveley d’Amiens
Cylindre de frein
© Faiveley Transport Amiens SAS

L’usine Faiveley Transport d’Amiens (350 salariés) spécialisée dans les systèmes de freinage ferroviaire, reçoit ce mercredi 12 juin la visite d’Eric Cazeaux, le directeur du matériel roulant de Siemens France. L’usine picarde a commencé à produire des échantillons de freins pour le groupe allemand Siemens, constructeur du train à grande vitesse allemand, dans le cadre d’un partenariat industriel signé en 2012.

Un contrat de 210 millions d'euros

L’équipementier ferroviaire français Faiveley Transport a, en effet, été retenu par Siemens pour équiper le TGV allemand de nouvelle génération "ICX" qui remplacera l’actuel "ICE". Montant total du contrat : 210 millions d’euros. Il comprend la fourniture de systèmes de freinage, de portes d'accès et de systèmes de climatisation. Faiveley Transport va équiper 130 rames du futur train à grande vitesse exploité par Deutsche Bahn. Une option pour 170 rames supplémentaires est annexée au contrat.

1 335 voitures à équiper

Guillaume Lucas, directeur de Faiveley Transport Amiens, résume pour usinenouvelle.com le challenge pour son usine. "130 trains, cela représente au total 1 335 voitures à équiper, soit 1 335 équipements de contrôle commande de freins et plus de 20 000 étriers de freins." Les livraisons s’étaleront entre 2015 et 2019, précise le directeur.

Pour Siemens comme pour Faiveley Transport, ce contrat peut être analysé comme une sorte de "coup de canif" dans des habitudes ferroviaires qui restent très nationales. Siemens France (7 000 salariés, 8 sites industriels, 7 centres de R&D) ne cache d’ailleurs pas sa satisfaction de communiquer sur son partenariat avec un industriel français pour une commande allemande. "Nous voulons montrer que Siemens est ancré en France industriellement parlant", a indiqué un porte-parole de Siemens France à usinenouvelle.com.

De son côté, Faiveley Transport (980 millions d’euros de chiffre d’affaires, 6 000 salariés, 25 pays, siège à Gennevilliers dans les Hauts-de-Seine) n’avait pas caché sa satisfaction après la commande décrochée auprès du champion allemand du TGV allemand. L’usine Faiveley Transport d’Amiens travaille avec les grands du ferroviaire que sont Asltom, Bombardier, le consortium italo-canadien AnsaldoBreda/Bombardier ou encore le spécialiste espagnol du tramway CAF. Elle travaillait déjà avec Siemens, mais sur des marchés modestes. Ce contrat pour le TGV allemand représente un vrai changement de braquet.

Claire Garnier


©Faiveley Transport Amiens SAS - Test d'une valve de nivellement.

 

Réagir à cet article

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus