Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

« Si STmicro tousse, on est mal »

,

Publié le

La stratégie du fabricant de microprocesseurs et de microcontrôleurs STMicroelectronics fait débat. Particulièrement en Isère, où ses deux sites emploient 6 000 personnes.

« Si STmicro tousse, on est mal »
Legende Noir Legende Noir Legende Noir Legende Noir Legende Noir Legende Noir
© Le site STMicroelectronics de Crolles (Isère) a recentré son activité sur l’électronique automobile et l’internet des objets.

Comme si de rien n’était, STMicroelectronics égrène ses succès commerciaux. Début avril, le groupe franco-italien se félicitait d’avoir franchi le cap des 2?milliards de microcontrôleurs STM8 et, fin décembre, d’avoir livré 1?milliard de microcontrôleurs STM32, produits sur ses sites de Rousset (Bouches-du-Rhône) et de Crolles (Isère). Le STM32, présent notamment dans les bracelets et les montres connectés, est en passe de devenir un standard du marché. Quant au STM8, « il s’est imposé comme l’un des microcontrôleurs les plus populaires au monde et constitue un pilier solide de notre stratégie », remarque Daniel?Colonna, le directeur du marketing des microcontrôleurs.

Mais quelle stratégie ? Pour certains, le modèle de ST est « complètement dépassé ». La valeur des objets provient aujourd’hui essentiellement des logiciels. Pour eux, « des dinosaures comme ST sont condamnés à disparaître par manque d’agilité ». Isabelle?Guillaume, la déléguée générale de Minalogic, atténue la « Micro-dépendance » de l’écosystème grenoblois. Selon elle, il n’est pas anormal qu’une grande entreprise change d’orientation, son recentrage sur le marché des microcontrôleurs et de l’internet des objets étant perçu positivement. « Mais si ST tousse, on est mal », dit-elle.

Des chefs d’entreprise apprécient leur partenariat avec STMicroelectronics. « Ça se passe très bien », assure Philippe?Béraldin, le fondateur de Bidul and Co. Gabriel?Della-Monica bénéficie, de son côté, de la politique d’essaimage de STMicroelectronics, sa société Smart & Blue étant l’une des deux start-up hébergées sur le site de Crolles. Selon Gérard?Matheron, le directeur du site de Crolles, le recentrage sur l’électronique automobile (smart driving) et l’internet des objets avait été anticipé. Ces deux secteurs représentent environ 60 % de l’activité du site, contre 20 % il y a trois?ans, en particulier dans les micro-contrôleurs et les capteurs d’image.

Un « tiroir sans fond »

Le programme de développement de la technologie de silicium sur isolant (FD-SOI) en gravure de 28?mm, sur laquelle devraient se greffer de nouvelles fonctionnalités de radiofréquence, de connectivité, de robustesse, devrait ouvrir de nouveaux horizons. Les premières productions seront lancées en 2017. « Avec ces technologies, nous sommes sur des marchés porteurs dans les domaines de la sécurité automobile, du médical, des cartes à puce », souligne Gérard?Matheron. La région, le département de l’Isère et la communauté de communes du Grésivaudan ont confirmé leur soutien à ce projet, considéré par certains comme un « tiroir sans fond » inadapté aux innovations actuelles axées sur les usages.

Président de Grenoble Alpes Métropole, Christophe?Ferrari est « préoccupé » par la situation de STMicroelectronics, qui emploie quelque 6 000?personnes dans l’agglomération grenobloise. « Une nouvelle gouvernance et une stratégie plus lisible sont nécessaires », estime-t-il. Les conseillers métropolitains ont adopté un vœu pour soutenir la filière électronique et le site de Grenoble affecté par le désengagement du groupe des décodeurs et des passerelles télécoms. Quelque 430?personnes pourraient être touchées en France par la fermeture de cette division, mais il s’agira essentiellement de départs volontaires, précise-t-on à la direction. 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus