L'Usine des PME-ETI

 

 

 

Shangri-La Tech édite le livre du 3e type

Par  - Publié le | L'Usine Nouvelle n° 3344
QR code librairie Eyrolles
© d.r. ; pascal guittet
  Cet article est réservé aux abonnés de l’Usine Nouvelle

Pour les fondateurs de la start-up marseillaise Shangri-La Technologie, créée en février 2013, les prévisions des prophètes du numérique annonçant

L’innovation

Pour les aider à résister à la concurrence du livre électronique, Shangri-La Technologie propose aux libraires une plate-forme informatique, Paperus, qui permet d’acheter un ouvrage physique ainsi que sa version numérique, voire, si l’éditeur le souhaite, d’accéder à des contenus numériques supplémentaires.
la mort du livre papier ne sont pas un sujet d’inquiétude. Ils ont choisi de profiter de la période de transition pour promouvoir le livre hybride, à la fois physique et virtuel. Concrètement, ces trois ingénieurs – deux diplômés de l’École des mines de Saint-Étienne et un de l’École centrale d’électronique – ont développé une plate-forme informatique, Paperus, qui permet d’acheter simultanément un ouvrage physique et sa version numérique, voire, si l’éditeur le souhaite, d’accéder à des contenus numériques supplémentaires. "L’éditeur garde la main sur le prix du fichier numérique, via les verrous qu’il met, les fameux DRM", explique Florian Olivier-Koehret, l’un des fondateurs.

l’opportunité

L’industrie française du livre pesait 4,13 milliards d’euros en 2012, selon GFK. Le livre numérique en ligne représente un chiffre d’affaires de 70 millions d’euros (+ 50%), selon la SNE.
C’est au moment du passage en caisse que l’opération a lieu. Le commerçant propose le fichier numérique. Si le client accepte, le libraire imprime un QR code grâce auquel l’acheteur pourra télécharger l’ouvrage dans une forme compatible avec sa liseuse, sa tablette ou tout autre appareil. Cette solution a l’avantage d’assurer l’éditeur que celui qui télécharge a bien acheté le livre. Pas question de photographier un code en traînant dans les rayons d’une librairie ou d’une grande surface. L’inconvénient : il faut convaincre les libraires. Pour contourner la difficulté, Paperus a négocié avec deux éditeurs de progiciels qui équipent maintes librairies : ils intègrent désormais l’offre de l’entreprise. Côté éditeurs, trois groupes d’importance ont d’ores et déjà signé : Eyrolles, Fleurus et, plus récemment, la maison Gallimard, le numéro trois du secteur depuis l’acquisition de Flammarion.

Chrystophe Bys

Imprimer
Afficher tous les magazines par année

Partagez l’info :

Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin envoyer à un ami

Effectuer une autre recherche

Rechercher

Identifiez-vous