Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

SFS Intec conforte son site valentinois

, , ,

Publié le

La filiale française du groupe suisse SFS Intec, spécialisée dans la production de vis pour le secteur de la construction, va investir 5 millions d’euros dans son site de Valence (Drôme) en 2017 et créer une vingtaine d’emplois.

SFS Intec conforte son site valentinois © SFS Intec

Les investissements de SFS Intec dans sa filiale française vont prendre une nouvelle dimension en 2017. Le groupe helvète va investir près de 5 millions d'euros dans son site de Valence (Drôme) pour augmenter ses capacités de production. L'année dernière, SFS Intec France avait bénéficié d'un investissement de 1,5 million d'euros.

"Nous avons fait le choix, au sein du groupe, de réorganiser, de rationaliser notre façon de travailler sans pour autant perdre de vue ce qui fait notre force : l’intégration verticale d’un maximum de process, y compris les plus complexes. Ce qui nous permet d’en conserver la maîtrise, détaille Alain Mangeard, qui dirige le site drômois depuis 2009. Cela doit nous permettre de faire face à la croissance de nos marchés d’une part et d’autre part, de maîtriser nos coûts."

Une évolution vers le lean-management

Une trentaine de machines va ainsi être rapatriée dans la Drôme depuis la Suisse, occasionnant l’ouverture d’une vingtaine de postes. Pour gagner la place nécessaire à leur installation, et compte tenu du fait qu’il n’est pas prévu d’extension physique des bâtiments, du moins pour l’instant, l’organisation des ateliers a été complètement repensée. Cerise sur le gâteau : cette redéfinition de l’espace va être mise à profit pour équiper le site de solutions lui permettant d’évoluer vers le lean-management au travers de la mise en place d’un transstockeur et de chariots filoguidés, l’objectif étant que les opérateurs ne quittent pas leur poste de travail des yeux, ce qui suppose que les opérations d’approvisionnement et l’enlèvement des pièces soient automatisés.

Pour accompagner cette réorganisation, l’entreprise valentinoise (64 millions d’euros de chiffre d’affaires avec un effectif de 270 personnes pour 1,5 milliard de pièces produites par an) a signé  un accord avec les organisations représentatives des salariés portant sur l’augmentation et l’annualisation du temps de travail.

Frédéric Rolland

Réagir à cet article

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus