Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

Servier produira des biomédicaments en France

, , , ,

Publié le

Le labo français Servier va investir 35 à 40 millions d'euros pour transformer son site historique de Gidy, près d'Orléans (Loiret), afin de produire des biomolécules anticancéreuses.

Le laboratoire pharmaceutique Servier a annoncé mercredi le coup d'envoi de la transformation de l'une de ses trois usines de Gidy, près d'Orléans (Loiret), en unité de production de biomédicaments. Une enveloppe de 35 à 40 millions d'euros a été décidée. Mise en service prévue début 2019.

La nouvelle unité occupera plus de 3 000 mètres carrés et accueillera une trentaine de collaborateurs au départ. Les surfaces de production stériles et les chambres froides seront renforcées. Les premières productions, destinées aux phases cliniques, sont attendues début 2019. Il s'agit de plusieurs molécules issues de la R&D en oncologie. "50% des traitements anticancéreux sont déjà issus des biotechnologies", assure Christian Sauveur, vice-président industrie de Servier.

Le groupe français avait mis en concurrence son usine historique, avec celle qu'elle exploite à Arklow, en Irlande, où la fiscalité des entreprises est plus favorable. L'Irlande possède aussi une longueur d'avance dans les biomédicaments, d'autant l'université de Dublin forme des bataillons de techniciens et d'ingénieurs spécialisés.

La production de médicaments issus de la chimie amenée à décroître

"L'ouverture d'un centre de formation sur les biomédicaments à Tours au printemps dernier, le BioCube, a été un élément déterminant", souligne Christian Sauveur, vice-président industrie du groupe français. A noter que l'enveloppe financière annoncée mercredi n'inclut pas le plan de formation nécessaire pour assurer le transfert des équipes de la production actuelle vers les biotechs. Servier devra ajouter plusieurs centaines de milliers d'euros supplémentaires et compte sur l'appui de la région Centre Val de Loire, compétente dans le domaine de la formation professionnelle.

Servier emploie 1500 personnes dans le Loiret, dont 1100 en production. Mais la production de médicaments issus de la chimie est amenée à décroitre dans un contexte international tendu et une montée en puissance des génériques. Après la Russie en 2008, la Turquie, l'Arabie Saoudite et le Vietnam viennent d'imposer une obligation de produire sur leur sol les médicaments que leur système de santé rembourse. Or, ce sont les usines de Gidy qui produisaient pour ces pays. "Nous devons trouver des sous-traitants locaux et nous perdons de la production en France", constate Christian Sauveur.

Le mois dernier, le labo français, qui réalise 3,9 milliards d'euros de chiffre d'affaires, avait annoncé un investissement de 240 millions d'euros pour créer un centre de recherche et d'innovation sur le campus de Saclay (Essonne), où il regroupera 600 chercheurs d'ici 2020, dont des chercheurs actuellement en poste à Gidy et Orléans.

Stéphane Frachet

Réagir à cet article

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus