Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

COP21

Ségolène Royal "optimiste" pour la ratification de l'Accord de la COP21 par l'Union européenne

Olivier Cognasse ,

Publié le

A l’occasion de sa conférence de presse de rentrée, Ségolène Royal, ministre de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer est revenue sur le bilan du gouvernement et les prochaines échéances en matière d'environnement. La ratification de l'Accord de Paris semble en bonne voie et les décrets de la Loi de transition énergétique sont presque tous publiés.

Ségolène Royal optimiste pour la ratification de l'Accord de la COP21 par l'Union européenne
Ségolène Royal, le 6 septembre 2016, lors de la conférence de presse de rentrée
© @RoyalSegolene CC Twitter

"Le Ministère de l’environnement, de l’énergie et de la mer, dont j’ai la charge, se trouve au cœur du défi de ce siècle : la lutte contre le réchauffement climatique". Cette phrase d’introduction de Ségolène Royal plantait le décor pour cette conférence de rentrée. L’importance des échéances à venir et des réalisations de son ministère sur fond d’autosatisfaction.

Et de rappeler l’urgence de la situation : année 2015 la plus chaude depuis le début de l’ère industrielle, la surexploitation des ressources naturelles, les catastrophes naturelles, "la pollution et les cinq sous-continents sous la mer", … Tout cela démontre l’urgence et la nécessité d’appliquer l’Accord de Paris (COP21) au plus vite.

"La Chine et les Etats-Unis ont ratifié l’Accord de Paris lors du G20. C’est une excellente nouvelle et cela démontre la force de l’Accord. Aujourd’hui, 26 pays ont signé et représentent 39,06% des gaz à effet de serre (GES). D’autres pays vont très bientôt signer : l’Argentine, le Brésil, le Maroc et l’Ukraine qui totalisent 4,72% des GES", prévient la ministre de l’Environnement qui se dit "aujourd’hui optimiste" pour la signature de l’Union européenne (12,08% des GES). "Les efforts vont porter leurs fruits. Le Parlement européen délibérera début octobre. Le sommet de Bratislava du 16 septembre prochain a été très bien préparé". Ségolène Royal a demandé que la question de la ratification y soit sérieusement abordée et que chaque pays donne son agenda. Dès mercredi 7 septembre, elle reçoit les ambassadeurs européens pour leur donner leur feuille de route.

87 décrets de la Loi de transition énergétique publiés

Le second chantier d’envergure de son ministère est la Loi de transition énergétique, qui va devenir "irréversible". Elle loue "le travail considérable réalisé pour sortir les textes d’application. 87 décrets sur 103 sont publiés, huit sont au Conseil d’Etat et huit sont concertation". Avec une touche de modestie, elle ajoute : "Nous avons accompli un exploit". Et précise que la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) serait publiée d’ici un mois.

Après avoir rappelé toutes les avancées dans les ENR et notamment les 2000 emplois créés en 2015 dans l’éolien terrestre, son soutien à la croissance verte et les investissements massifs, sans oublier les appels d’offre et les 10000 véhicules électriques vendus depuis le début de l’année grâce à la prime de conversion, elle a rappelé la lutte contre les pesticides néonicotinoïdes qui seront interdits le 1er septembre 2018 avec la loi sur la biodiversité.

"Je compte m’y opposer"

Pourtant, Bayer a demandé une autorisation de mise sur le marché pour le Gaucho Neo et l’Anses (agence nationale de sécurité sanitaire) a émis un avis favorable. Elle compte bien ne pas laisser ce pesticide s’implanter en France. "Je compte m’y opposer." De même, elle va demander la séparation des fonctions de conseil et de vente des pesticides.

Dans le domaine des transports propres, un prochain décret fixera le cadre pour les bus, et elle évoque des crédits supplémentaires pour le fret ferroviaire, mais elle ne peut s’empêcher de tirer à nouveau à boulets rouges sur l’Ecotaxe. "L’Ecotaxe a été substitué pas un système beaucoup moins coûteux et moins prédateur que celui imaginé par le gouvernement Fillon". Pourtant, cet abandon laisse une ardoise salée et la France manque toujours de moyens financiers pour moderniser les infrastructures de transport…

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus