Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Savréso passe du produit à l'usage

,

Publié le

Savréso passe du produit à l'usage
Savréso a conçu une solution connectée de maintenance prédictive. Ses clients paient pour la prestation et non plus pour l’acquisition des matériels.

Vendre l’usage d’un équipement plutôt que l’équipement lui-même ? Beaucoup d’industriels y réfléchissent, peu passent à l’action. Savréso, filiale de Leanlog Solutions, est l’un des premiers à avoir sauté le pas. La PME, qui emploie 20 salariés et réalise 2?millions d’euros de chiffre d’affaires, commercialise des outils de manutention au sol (tracteur pousseur, AGV). Il y a trois ans, elle a décidé de mettre en place un paiement à l’usage. « Nous avons, avec l’aide de la start-up parisienne Optimdata, connecté les machines chez nos clients pour récolter des données. Celles-ci sont analysées afin de savoir quand les machines fonctionnent ou non », explique Philippe Bougard, le PDG de Savréso. Pour déterminer le tarif, la PME utilise une estimation qu’elle ajuste au bout d’un an d’utilisation. Au bout de cinq ans, les machines sont récupérées pour être remplacées ou remises à niveau. Mais Savréso va encore plus loin. « Nous nous sommes rendu compte que les données récoltées permettaient de détecter des pannes. Or pour nos équipements, une panne vient généralement d’une mauvaise utilisation de la machine. Nous avons donc proposé un nouveau service à nos clients : lorsque la mauvaise utilisation est répétitive, nous proposons une formation à l’opérateur », précise Philippe Bougard. Concrètement, le client accède à une plate-forme web, comparable à un Facebook des machines de manutention. Il peut créer sa propre communauté, constituée de ses opérateurs et des techniciens de Savréso. « Quand une panne intervient sur une machine, cela génère automatiquement un post visible par tous les membres de la communauté », explique Philippe Bougard. Au total, Savréso a investi 150 000 euros pour connecter les machines et développer la plate-forme web. Pour le moment, une quarantaine de ses 300 clients sont connectés à ce système. À terme, la PME espère convertir l’ensemble de sa clientèle au paiement à l’usage. 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus