Dossier

Mais où va Sanofi ?

Sanofi ne sera pas le numéro un mondial escompté

Par  - Publié le
Sanofi
© 96dpi-Flickr-C.C

En novembre 2011, le cabinet d’études Evaluate Pharma pronostiquait que le groupe pharmaceutique français deviendrait leader mondial en 2012. Raté. Il maintient sa troisième place dans un contexte où aucun laboratoire n’est épargné par la crise.

Fausse bonne nouvelle. En novembre 2011, le cabinet d’études Evaluate Pharma nous apprenait que Sanofi était en passe de devenir le numéro un mondial de la pharmacie en 2012. Selon ses calculs, le groupe français allait boucler 38 milliards d’euros de ventes en 2012, contre 35,3 milliards attendus en 2011. Tandis que le géant américain Pfizer dégringolerait en troisième position, avec 36,7 milliards d’euros en 2012, à cause de l’arrivée sur le marché de génériques de son blockbuster, l’anti-cholestérol Lipitor, dont le brevet expirait fin 2011 aux Etats-Unis. Le suisse Novartis, pour sa part, devait demeurer numéro deux mondial.

Réduction des coûts payante pour Pfizer

La boule de cristal était à l’évidence voilée. Le trio de tête n’a finalement pas basculé en 2012. Pfizer, toujours numéro un, culmine en tête des ventes avec 43,5 milliards d’euros (en baisse de 10% pourtant), soit bien au-dessus du pronostic d’Evaluate Pharma. Le groupe américain a même vu son bénéfice net bondir de 46% l'an dernier grâce à ses cessions d'actifs et ses efforts de réduction des coûts. Il avait notamment entamé début 2011 une réorganisation de ses activités de recherche, une initiative que Sanofi a lancée à son tour dans l’Hexagone depuis juillet 2012. Pfizer a également cédé plusieurs activités jugées non stratégiques. Et, continuant sur sa lancée, vient d’introduire en Bourse avec succès Zoetis, sa filiale de santé animale, dont il conserve 80% du capital. Le plus gros lancement boursier depuis celui de Facebook l'an dernier, avec 2,57 milliards de dollars levés.

Sanofi ex aequo avec l’américain Merck

Mais qu’a donc fait Sanofi ? A l’occasion de la publication de ses résultats annuels, ce jeudi, le groupe a voulu démontrer la pertinence de sa stratégie, contraire à celle de Pfizer : la diversification.Qui a permis au Français, estime Chris Viehbacher, son dirigeant, de réduire l’impact de la "falaise des brevets" à laquelle il était confronté. Cependant, avec 34,9 milliards d'euros de chiffre d’affaires (en hausse de 4,7% pourtant), et des bénéfices de 4,97 milliards d'euros (en chute de 12,8%), on est loin des promesses d’Evaluate Pharma. Dommage… Car Sanofi se fait ainsi rattraper par l’américain Merck, qui affiche quasiment les mêmes résultats que Sanofi. Patience, le retour à la croissance devrait arriver à partir du second semestre 2013, promet le groupe français.

Roche, relativement épargné par la crise

Quant au suisse Novartis, il parvient à maintenir sa deuxième place avec un chiffre d’affaires de 41,7 milliards d’euros, malgré une chute de 3%. Et des bénéfices bien supérieurs à Sanofi avec 10,8 milliards d’euros, en hausse de 4%. Le groupe bâlois promet pour sa part de renouer avec la croissance en 2014…

Alors que toutes les big pharmas voient donc leurs résultats bouleverser par la concurrence des médicaments génériques, la crise de leurs marchés historiques, et des environnements réglementaires compliqués, seul un laboratoire sort finalement du lot : le suisse Roche. Avec des ventes en hausse de 7% à 36,9 milliards d’euros et des bénéfices en augmentation de 2% à 7,9 milliards d’euros, il peut se sentir soulagé.

Gaëlle Fleitour

Pas de changement au top cinq des big pharmas


1er l’américain Pfizer :

Chiffre d’affaires : 43,5 milliards d’euros (- 10%),

Bénéfices net: 10,8 milliards d’euros (+46%).

2: le suisse Novartis:

Chiffre d’affaires : 41,7 milliards d’euros (-3%),

Bénéfices: 10,8 milliards d’euros (+4%).

3: le français Sanofi :

Chiffre d’affaires : 34,9 milliards d'euros (+4,7%),

Bénéfices :4,97 milliards d'euros  (-12,8%).

3exaequo: l’américain Merck :

Chiffre d’affaires : 34,9 milliards d’euros (-2%),

Bénéfices : 4,9 milliards d’euros (+6%).

4: le suisse Roche :

Chiffre d’affaires : 36,9 milliards d’euros (+7%),

Bénéfices: 7,9 milliards d’euros (+2%).

5: l’anglais GSK:

Chiffre d’affaires : 30,6 milliards d’euros (-3%), 

Bénéfices: 5,3 milliards d’euros (-13,2%).

Imprimer

Partagez l’info :

Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin envoyer à un ami

Effectuer une autre recherche

Rechercher

Identifiez-vous