L'Usine de l'Aéro

Montée des cadences de production des grands programmes aéronautiques, émergence de nouveaux acteurs, intégration des technologies numériques, relations entres les sous-traitants et les donneurs d’ordre : le secteur aéronautique ne manque pas de défis. La mission de ce site ? Décrypter les stratégies des grands avionneurs que sont Airbus et Boeing, comprendre la montée en puissance d’acteurs comme Comac, Bombardier, Embraer et Sukoi, scruter l’émergence de nouvelles tendances (des drones aux solutions numériques) et analyser la bataille des motoristes (Safran, Rolls-Royce, Pratt & Whitney, General Electric).

 

 

L'Usine de l'Aéro

Safran futur équipementier des concurrents du Rafale ?

Par  - Publié le
Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Safran
© DR

Selon les Echos du 27 juin, le gouvernement réfléchirait à donner son accord, malgré l’opposition du groupe Dassault concepteur du Rafale.

Le journal précise que l’Etat pourrait autoriser le groupe français à installer son missile de dernière génération sur des avions concurrents du Rafale.

Dans le détail, il s’agit de l’armement air-sol modulaire (AASM) produit par Sagem. Il est actuellement commercialisé conjointement avec le missilier MBDA, filiale conjointe de BAE Systems, d'EADS et de Finmeccanica.

Mais le gorupe Safran souhaiterait l’installer sur le F-16 de l’américain Lockheed Martin, concurrent direct du Rafale notamment dans la course au marché des avions de chasse au Brésil. Safran voudrait espérer ainsi capter une partie du marché de modernisation de l’avion F-16, produit à 4 500 exemplaires dans le monde, selon Les Echos, s’appuyant sur des sources concordantes.

Seuls la France et le Maroc ont acheté le missile AASM. La France est pour l'heure le seul pays à avoir acheté le Rafale.

Pour le journal, cette situation découle du fait que Dassault s'est toujours opposé à ce qu'un armement aussi sophistiqué puisse être intégré sur des avions concurrents, de peur de nuire à l'exportation de son Rafale.

Aujourd'hui, la Direction générale de l'armement (DGA) du ministère de la Défense "semble être revenue à un certain pragmatisme, d'autant que Dassault ne bénéficiera plus avec le gouvernement actuel de la même écoute qu'avec le précédent", avance le journal.
 

Imprimer

Effectuer une autre recherche

Rechercher

 

 

L'Aéro en images

Campagne finale d’essais en vol et dans la neige pour le Falcon 8X de chez Dassault.

Le Falcon 8X, nouveau fleuron de Dassault Aviation, est entré dans la phase finale de son programme de certification et d’essais en vol, tandis que se poursuivent les préparatifs en vue de la première livraison du triréacteur à très long rayon d’action. Les trois appareils du programme d’essais en vol ont accompli quasiment toutes les procédures prévues dans le cadre des essais de certification, et ont à ce jour accumulé plus de 650 heures de vol au cours de 325 sorties.  

Voir la galerie

Campagne finale d’essais en vol et dans la neige pour le Falcon 8X de chez Dassault.

Découvrez les premières images du dirigeable Airlander 10

Dans un hangar près de Bedford, au nord de Londres, Hybrid Air Vehicles a levé le voile sur son dirigeable Airlander 10.

Voir la galerie

Découvrez les premières images du dirigeable Airlander 10

Assemblage final du miroir du James Webb Telescope

Le prochain télescope spatial, le James Webb Space Telescope (JWSP), a franchi il y quelques jours une nouvelle étape, l’ESA a signé le contrat avec Arianespace pour son lancement sur une fusée Ariane 5 depuis l’astroport de Kourou en octobre 2018. Assemblage des 18 miroirs, tests en température des instruments se succèdent afin de tenir les délais.

Voir la galerie

Assemblage final du miroir du James Webb Telescope

Venise vue par satellite, un autre regard sur la cité des Doges

Le carnaval de Venise est une fête traditionnelle qui remonte au moyen âge. Costumes, couleurs, masques, défilés sont au rendez-vous de cette manifestation qui a débuté il y a quelques jours.   

Voir la galerie

Venise vue par satellite, un autre regard sur la cité des Doges

[DIAPORAMA] Comment sont fabriqués les sièges éjectables du Rafale ?

  A Argenteuil (Val d’Oise), la société d'exploitation des matériels Martin Baker (SEMMB) filiale à 50-50 du fabricant britannique Martin Barker Aircraft et du français Safran, fabrique les sièges du Rafale et de l’ensemble des avions de combats de l’Armée française. La société, qui a produit en décembre dernier son 250e siège pour l'avion de combat tricolore, a réalisé un chiffre d'affaires de 28 millions d'euros en 2015. Il faut à peu près 200 heures pour fabriquer un exemplaire de ce siège éjectable. Depuis leur production en 1961, ils ont sauvé la vie de près de 700 pilotes, indique le fabricant.  

Voir la galerie

[DIAPORAMA] Comment sont fabriqués les sièges éjectables du Rafale ?
Voir tous les diaporamas "Aéronautique" >>
Recevez nos newsletters

Identifiez-vous