Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

Contrairement à la demande des riverains, la SNEM de Montreuil ne fermera pas

Léna Corot

Publié le , mis à jour le 15/09/2017 À 08H49

Vu sur le web La SNEM (Société nouvelle d'eugénisation des métaux), un sous-traitant d'Airbus et Safran situé à Montreuil (Seine-Saint-Denis), est mise en cause par les riverains dans le déclenchement de trois cas de leucémie, comme le rapporte Le Monde. Mais les analyses ultérieures menées par le Laboratoire central de la préfecture de police et solitec "confirment l'absence de risque pour les riverains et les élèves", selon la préfecture de Seine-Saint-Denis.

Contrairement à la demande des riverains, la SNEM de Montreuil ne fermera pas
Les riverains mobilisés devant la SNEM à Montreuil
© Claire Boland @clrboland Twitter CC

Les salariés de la SNEM (Société nouvelle d'eugénisation des métaux) à Montreuil (Seine-Saint-Denis), ont connu une période chômage technique début septembre, relate Le Monde. Riverains et parents d'élèves ont bloqué le site du sous-traitant d'Airbus et Safran au moment de la rentrée scolaire. Ils réclament la fermeture de cette usine, la dépollution du site et le reclassement des salariés, liste le quotidien du soir.

Cette mobilisation fait suite à la découverte avant l'été d'un nouveau cas de leucémie rare chez un élève de CM2. Celui-ci s'ajoute à deux autres cas en 15 ans dans la même rue, explique Le Monde. La SNEM, une installation classée pour la protection de l'environnement (ICPE) qui a déclaré produire plus de 37 tonnes de déchets dangereux en 2015, affirme le quotidien, a rapidement été mise en cause par les parents d’élèves.

Mise en cause de l'utilisation du Chrome 6

Située à une cinquantaine de mètres d'un groupe scolaire, la SNEM est spécialisée dans le traitement des pièces mécaniques d'avions contre la corrosion. L'usine utilise notamment de l'acide chromique (ou Chrome 6), une substance "classé cancérogène, mutagène et reprotoxique", explique Le Monde. Si le règlement européen Reach en interdit l'usage à partir du 21 septembre, Airbus a obtenu une dérogation pour continuer à l'utiliser, précise le quotidien.

Les premières analyses effectuées par la mairie et la préfecture concluent en "l’absence de voie de transfert aérienne entre les principales substances dangereuses manipulées sur le site et les tiers", cite le quotidien du soir. Le rapport de la Direction régionale et interdépartementale de l’environnement et de l’énergie (Driee) révèle, quant à lui, plusieurs "non-conformités significatives notamment dans la gestion des déchets et des rejets atmosphériques", affirme Le Monde. La Driee a mis en demeure la SNEM qui doit stocker les déchets produits de manière à prévenir tout risque de pollution, les éliminer au fur et à mesure et placer aussi loin que possible des habitations les débouchés des systèmes de ventilation et d’aération.

La SNEM n'est pas toxique, selon la préfecture

Les résultats des dernières analyses menées le laboratoire central de la préfecture de police (LCPP) et Socotec ont été publiés jeudi 14 septembre par le préfet de la Seine-Saint-Denis. Le LCPP, qui a inspecté les établissements scolaires à proximité, conclue que ses mesures "ont mis en évidence des concentrations faibles en composés organiques volatils, dioxyde de soufre et ammoniac, inférieures à l'ensemble des valeurs de référence existantes". Le laboratoire ajoute n'avoir trouvé "aucune trace de chrome hexavalent soluble ni de cyanures totaux."

"Le benzène, facteur chimique environnemental principal relevé dans la littérature scientifique en lien avec les leucémies infantiles, a systématiquement été mesuré à des valeurs inférieures aux seuils de quantifications", explique la préfecture dans un communiqué. Ainsi "l’ensemble de ces éléments [...] confirment l’absence de risque pour les riverains et les élèves", conclue la préfecture qui ajoute qu'en aucun cas la fermeture de l'usine n'est justifiée.

Les salariés de la SNEM doivent être soulagés. Et ce d'autant plus que la mairie de Montreuil demande "aux dirigeants de la SNEM d'accélérer la mise en conformité du site" comme demandée par la Driee. C'est aussi ce que souhaitent les salariés puisque l'union locale de la CGT à Montreuil demande des investissements afin que la SNEM soit plus sécurisée. Mais ce n'est pas sûr que la publication de ces analyses signe le clap de fin de la mobilisation des riverains.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus