Dossier

Retraites : nouvelles réformes, vieux déficits

Retraites : les entreprises mettent la main à la poche

Par  - Publié le
Retraites
© DR

Une étude réalisée par le cabinet Mercer montre comment les entreprises adaptent leur offre d’épargne supplémentaire aux obligations légales contenues dans la loi de 2010 sur les retraites. Elle confirme aussi l’attrait du Perco

Deux ans après la réforme des retraites, les systèmes de retraite supplémentaires continuent de connaître un réel succès. C’est ce qu’indique une étude réalisé par le cabinet de conseil RH Mercer qui a interrogé les DRH de grandes entreprises, qui représentent 543 000 salariés en France.

A la date de l’étude, plus d’une entreprise sur deux (63 %) indiquait avoir mis en place un contrat article 83 (à cotisations définies). Près d’une sur deux propose à ses salariés un Perco (un plan d’épargne retraite collectif) et 40 % un article 39, les contrats à prestations définies, parmi lesquels figure les médiatiques et contestées retraites chapeaux.

Ces dernières sont souvent critiquées car elles ne profitent qu’à un petit nombre de salariés, ce que confirme l’étude de Mercer.  Dans 78 % des entreprises interrogées, les « articles 39 » étaient réservés aux seuls cadres dirigeants. Dans 11 %, ils étaient destinés aux cadres dirigeants et aux autres cadres et dans seulement  11 % tous les salariés en profitait.

La loi sur les retraites a alourdi la taxation de ces régimes de retraite et obligé les entreprises qui les réservent  à certains salariés à proposer parallèlement à l’ensemble de leurs salariés une solution d’épargne supplémentaire (Perco ou article 83). Sur cette question, une entreprise interrogée sur 5 prévoit de supprimer purement et simplement le régime à prestations définies plutôt que d’élargir le nombre de bénéficiaires. Il est vrai que ces systèmes sont fort coûteux.  Un petit tiers (30 %) des entreprises a choisi de modifier leur régime à cotisations définies pour se conformer à la Loi et la moitié modifiera ou mettra en place un Perco. "Les entreprises n’ont pas  toujours opté pour la solution la moins chère ", estime Patrice Plouvier, responsable du conseil en retraite de Mercer.

60 % des entreprises qui n’ont pas actuellement de Perco indiquent vouloir le faire en 2012. Selon Patricia Plouvier : "les entreprises confirment leur volonté de développer le Perco […] indépendamment des évolutions réglementaires."  Pas si sûr , car les entreprises sont obligés d’ouvrir une négociation sur le PERCO dès lors qu’un plan d’épargne entreprise existe depuis plus de cinq ans.  
 

Imprimer

Partagez l’info :

Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin envoyer à un ami

Effectuer une autre recherche

Rechercher

Identifiez-vous