Reportage : le web, c’est bon aussi pour les ouvriers

Par  - Publié le | L'Usine Nouvelle n° 3318
Création de site, veille, e-commerce, montage de vidéos… Les salariés, qui n’étaient pas tous familiarisés avec internet, ont renforcé leurs compétences.
Création de site, veille, e-commerce, montage de vidéos… Les salariés, qui n’étaient pas tous familiarisés avec internet, ont renforcé leurs compétences.
© sebastien sindeu

Le fabricant charentais de chaussons et de ballerines Ferrand forme ses salariés. Un catalyseur pour renforcer la cohésion dans l’entreprise.

Chez Ferrand SAS, une entreprise de 40 personnes située à quelques kilomètres d’Angoulême (Charente), les ouvrières seront bientôt aussi à l’aise sur un ordinateur que devant leur machine à coudre. Plutôt que de faire appel à une agence pour développer, en deux temps trois mouvements, le site marchand de l’entreprise, Pierre Rebeyrole et Cyril Colombet ont préféré former leur personnel. La décision stratégique des deux associés, qui ont repris l’entreprise à la fin 2011, représente un investissement de 6 000 heures de formation sur deux ans (e-commerce, veille internet, utilisation de Twitter, montage et publication de vidéos…). Il a été financé en partie par l’État, la Région et l’organisme paritaire collecteur agréé (Opca) sectoriel. Certains salariés qui l’ont suivie n’avaient même pas d’ordinateur chez eux. L’initiative a été primée par le Medef.

Les formations ont été dispensées à partir de septembre 2011 par Amont, une société fondée par Francis Senceber. « Au premier cours, le formateur arrive avec un ordinateur démonté », explique-t-il. Ça dédramatise. L’ordinateur n’est plus qu’une machine comme une autre. Seconde originalité, pas trop de théorie, mais ce qu’il appelle une formation action, c’est-à-dire un temps durant lequel les stagiaires travaillent à l’élaboration d’un site ou à la recherche d’informations en ligne sur leurs concurrents… Résultat : dès juin 2012, Ferrand a ouvert son premier site web marchand. « Nous étions cinq en formation, raconte Lolita, dix-sept ans de maison, qui travaille au contrôle qualité et à la finition. Chacune a fait son site. Après, on en a gardé la meilleure partie. Les deux patrons ont ensuite validé notre travail. »

Les formations ont beau reposer sur le volontariat, certains s’impliquent moins que d’autres. Une piqueuse concède avoir apprécié la formation à la retouche photo et à Facebook, mais ne souhaite pas avoir à l’utiliser dans son travail. « Je préfère mon métier, même si utiliser un ordinateur est important », explique-t-elle. Des réticences normales pour Francis Senceber. Le principal blocage, c’est l’encadrement intermédiaire. Il voit d’un mauvais œil « cet outil qui risque de lui faire perdre l’avance qu’il a sur les ouvriers », souligne-t-il. 

Qu’importent les réticences à internet, la formation renforce la cohésion.

Pierre Rebeyrole, cogérant de FerrandSAS

« Utiles et considérés »

« Qu’importent les réticences », répondent Pierre Rebeyrole et Cyril Colombet. Ils constatent surtout les résultats des formations. « Les personnes qui se sont entraidées pendant une session sur Google pour faire de la veille gardent cet état d’esprit à leur retour dans l’atelier », observent-ils. Et, poursuit Francis Senceber, « le premier effet, avant l’augmentation des ventes, c’est un plus grand engagement des salariés ». Surtout quand la formation est concomitante à l’adoption d’un management plus ouvert, comme c’est le cas chez Ferrand.

Mais pour conquérir rapidement les W chinois, les dirigeants ont fait appel à une agence spécialisée. Lolita, elle, s’en moque. Elle attend avec impatience la prochaine formation sur les wikis. Rien qu’à l’idée d’écrire sur les savoir-faire de son usine, elle se réjouit. « On va travailler à la notoriété. Maintenant, on se sent utiles et considérés par la direction », explique celle qui est également déléguée du personnel.

Imprimer
Afficher tous les magazines par année

Partagez l’info :

Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin envoyer à un ami

Effectuer une autre recherche

Rechercher
Recevez nos newsletters

Identifiez-vous