Réorganisation du secteur naval au Japon

Par  - Publié le
IHI - Chantier naval
© D.R. - IHI

Les groupes industriels nippons, IHI et JFE Holdings, ont fait un grand pas vers la fusion de leurs activités de construction de bateaux. Un premier accord vient d'être signé. Une opération motivée par la concurrence de plus en plus forte des chantiers navals sud-coréens et chinois.

On ne connait pas encore le nom de la nouvelle entité qui naîtra de cette fusion. Mais l'entreprise aura sous sa coupe tous les sites de production actuellement détenus par les deux géants de l'industrie lourde japonaise.

Cette réorganisation du secteur naval dans l'archipel nippon est le résultat de discussions entamées dès 2008. La conjoncture internationale, incertaine la même année, avait alors porté un coup d'arrêt aux négociations. Les données économiques ayant quelque peu changé, il a fallu revoir certains points du rapprochement.

L'objectif avec cette fusion est de conserver compétitivité, capacité d'investissement et pouvoir de négociation avec les fournisseurs. Les chantiers japonais entendent ainsi résister à la pression croissante de chantiers concurrents, en Chine et en Corée du Sud. Une concurrence d'autant plus forte que la monnaie japonaise n'est pas des plus favorables pour décrocher des commandes à l'étranger.

Pour l'instant, seul un accord de principe a été signé ce lundi 30 janvier pour acter ce rapprochement. Le contrat définitif devrait être signé fin août, avec un démarrage réel de l'entreprise en 2013. Les dirigeants de IHI et de JFE Holdings se disent d'ailleurs déjà prêts à accueillir d'autres entreprises japonaises du secteur naval dans la nouvelle structure. Une invitation qui fait écho au proverbe japonais, "Chaque situation est la meilleure des occasions".

Imprimer

Partagez l’info :

Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin envoyer à un ami

Effectuer une autre recherche

Rechercher

Identifiez-vous