L'Usine de l'Aéro

Montée des cadences de production des grands programmes aéronautiques, émergence de nouveaux acteurs, intégration des technologies numériques, relations entres les sous-traitants et les donneurs d’ordre : le secteur aéronautique ne manque pas de défis. La mission de ce site ? Décrypter les stratégies des grands avionneurs que sont Airbus et Boeing, comprendre la montée en puissance d’acteurs comme Comac, Bombardier, Embraer et Sukoi, scruter l’émergence de nouvelles tendances (des drones aux solutions numériques) et analyser la bataille des motoristes (Safran, Rolls-Royce, Pratt & Whitney, General Electric).

 

 

L'Usine de l'Aéro

Recruter ses experts en cybersécurité

Par  - Publié le | L'Usine Nouvelle n° 3372
Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Lors du Forum international de la cybersécurité, qui a eu lieu à Lille (Nord) en janvier, des challenges ont permis de repérer quelques talents.
Lors du Forum international de la cybersécurité, qui a eu lieu à Lille (Nord) en janvier, des challenges ont permis de repérer quelques talents.

Pour attirer les passionnés de sécurité informatique ou les antipirates, les entreprises doivent innover dans leur méthode de recrutement.

Les salons dédiés à la cybersécurité sont devenus le nouveau terrain de prédilection des chasseurs de tête du high-tech. Et pour cause : les fournisseurs de produits et de services de sécurité informatique sont à la recherche de jeunes ingénieurs et d’experts pour répondre à la demande des entreprises. "Les demandes de recrutement viennent d’abord des prestataires de services", explique David Majorel, du cabinet de recrutement Michael Page, qui avait fait le déplacement sur le Forum international de la cybersé-curité (FIC), qui a eu lieu à Lille en janvier. La demande est forte. "Le marché connaît une croissance annuelle de 5% à 10%. Nous estimons qu’il faudrait entre 2 000 à 4 000 experts par an pour répondre aux besoins des entreprises", évalue Jean-Pierre Quémard, le président de l’Alliance pour la confiance numérique, qui regroupe des industriels du secteur. Or seulement 500 diplômés ayant suivi une formation en cybersécurité sortent des écoles chaque année. "La cybersécurité fait appel à de nouvelles compétences et à de nouveaux profils. Les schémas classiques de recrutement ne sont plus suffisants pour attirer des geeks férus de sécurité informatique ou des autodidactes qui échappent au système classique", explique François-Charles Timmerman, le directeur des études stratégiques au sein du cabinet CEIS spécialisé dans les questions de défense.

1. S’inspirer des militaires

Dans le cadre du plan Défense Cyber lancé en janvier, l’armée compte recruter 300 experts dans les six ans qui viennent. Les résultats obtenus à ce jour dépassent ses espérances. "Pour un poste proposé, nous avons reçu 10 candidatures. Les CV sont de grande qualité !" se réjouit Guillaume Poupard, l’ex-directeur des activités de cyberdéfense à la Direction générale de l’armement (DGA), qui vient d’être nommé directeur général de l’Agence nationale de sécurité des systèmes d’information (Anssi). L’armée a concentré ses efforts autour du bassin rennais, où elle dispose d’un centre de cybersécurité. Le vivier de compétences est riche : les écoles d’ingénieurs spécialisées en informatique y sont bien implantées (Epita, Epitech…) et les plans de réduction d’effectif des entreprises et des start-up du secteur des télécommunications (Orange, Alcatel-Lucent…) ont libéré des experts dans des domaines technologiques connexes. Les candidats sont avant tout attirés par la perspective de participer aux projets de cybersécurité les plus en pointe et de travailler sur les dernières innovations avec un temps d’avance sur l’industrie. "Cela donne aux candidats une belle carte de visite pour retourner plus tard dans le privé", explique François-Charles Timmerman.

2. Jouer la carte des écoles et des stagiaires

Les entreprises n’ont pas forcément le même sex-appeal que l’armée quand il s’agit de séduire les jeunes ingénieurs en recherche de missions extraordinaires. Elles ont intérêt à se faire connaître d’eux avant la fin de leurs études. Comment En tissant des liens avec les universités et les écoles, notamment en travaillant avec elles dans la définition des modules liés à la sécurité informatique. Aux entreprises de cibler leurs efforts en choisissant parmi la quarantaine d’organismes qui proposent des formations en cybersécurité. Ainsi, des experts d’Airbus Defence & Space (ex-Cassidian) interviennent auprès des étudiants de l’École centrale, de l’université de Limoges ou de Telecom Paris-Tech. La filiale d’Airbus transforme l’essai en jouant à fond la carte des stagiaires. L’an passé, une trentaine de jeunes en troisième année d’école d’ingénieurs apprenait le métier au sein de ses équipes ! "Cela permet d’avoir des ingénieurs plus rapidement opérationnels", explique Patrick Radja, le responsable du département d’ingénierie cyberdéfense d’Airbus Defence & Space. C’est un investissement important pour le groupe, qui attribue à chaque jeune un responsable de stage et garantit un suivi régulier de l’acquisition des compétences.

3. Apprivoiser la communauté des hackers

"Les hackers éthiques [les antipirates, ndlr] sont les profils les plus difficiles à recruter", explique Ludivine de Lavison, la responsable des ressources humaines d’Atheos, un spécialiste de la cybersécurité passé sous le contrôle du groupe Orange. Pour attirer ces talents, Lexsi, un cabinet de conseil en cybersécurité, organise ou sponsorise des "challenges". Pendant ces manifestations, les hackers doivent relever un cyberdéfi en compétition les uns contre les autres : la Nuit du hack à Paris, la St’Hack à Bordeaux et, plus classiquement, le Symposium sur la sécurité des technologies de l’information et des communications (SSTIC). "C’est un excellent moyen pour entrer en contact et pour détecter les talents. Cela nous apporte également un bénéfice d’image dans la communauté", explique Patrick Ragaru, le directeur des opérations de Lexsi. Cela demande de dégager quelques ressources pour mettre à disposition des collaborateurs motivés afin de préparer les épreuves, de les surveiller et d’animer des ateliers…

Ce genre d’opérations permet de dénicher des perles rares, invisibles des systèmes de recrutement classiques. Lors du premier concours national de cybersécurité organisé au Royaume-Uni en 2013 et sponsorisé par Thales et HP, c’est un postier qui a remporté les épreuves ! Mais une fois repéré au cours de ces challenges, ces petits génies ont l’embarras du choix. Ils se retrouvent avec une dizaine de cartes de visites de recruteurs potentiels alors qu’ils n’ont même pas fini leur cursus !

4. Soigner sa présence sur les salons et en ligne

La présence active sur les salons spécialisés permet d’inverser favorablement les rôles. "Au lieu de chasser les candidats, ils viennent à nous. Sur les deux journées du salon, j’ai rencontré une cinquantaine de candidats", s’est félicité Ludivine de Lavison, d’Atheos, également présente au FIC de Lille en janvier. Les forums sur internet, source d’information prioritaire pour les experts en cybersécurité, sont un passage obligé. Ainsi, depuis le début de l’année, les spécialistes d’Airbus Defence & Space disposent de blogs techniques ouverts sur l’extérieur grâce auxquels ils peuvent communiquer sur une partie de leurs travaux de R & D. "De cette manière “les experts parlent aux experts”. C’est un bon moyen de faire découvrir la richesse de nos travaux et, pourquoi pas, d’attirer des spécialistes", explique Patrick Radja, du département d’ingénierie cyberdéfense.

Des besoins dans trois domaines clés

  • Pour contrer les menaces, des compétences en architecture de systèmes, de sécurité, et d’application sont indispensables.
  • Pour combattre les attaques, quatre métiers sont nécessaires : le responsable sécurité et système d’information (RSSI), l’administrateur, le technicien de sécurité et l’analyste des menaces cyber.
  • Pour garantir la résilience du système informatique, l’expertise du responsable de la continuité d’activité et d’analystes en investigation numérique est essentielle.

(source : CEIS)

Imprimer

Effectuer une autre recherche

Rechercher

 

 

L'Aéro en images

Campagne finale d’essais en vol et dans la neige pour le Falcon 8X de chez Dassault.

Le Falcon 8X, nouveau fleuron de Dassault Aviation, est entré dans la phase finale de son programme de certification et d’essais en vol, tandis que se poursuivent les préparatifs en vue de la première livraison du triréacteur à très long rayon d’action. Les trois appareils du programme d’essais en vol ont accompli quasiment toutes les procédures prévues dans le cadre des essais de certification, et ont à ce jour accumulé plus de 650 heures de vol au cours de 325 sorties.  

Voir la galerie

Campagne finale d’essais en vol et dans la neige pour le Falcon 8X de chez Dassault.

Découvrez les premières images du dirigeable Airlander 10

Dans un hangar près de Bedford, au nord de Londres, Hybrid Air Vehicles a levé le voile sur son dirigeable Airlander 10.

Voir la galerie

Découvrez les premières images du dirigeable Airlander 10

Assemblage final du miroir du James Webb Telescope

Le prochain télescope spatial, le James Webb Space Telescope (JWSP), a franchi il y quelques jours une nouvelle étape, l’ESA a signé le contrat avec Arianespace pour son lancement sur une fusée Ariane 5 depuis l’astroport de Kourou en octobre 2018. Assemblage des 18 miroirs, tests en température des instruments se succèdent afin de tenir les délais.

Voir la galerie

Assemblage final du miroir du James Webb Telescope

Venise vue par satellite, un autre regard sur la cité des Doges

Le carnaval de Venise est une fête traditionnelle qui remonte au moyen âge. Costumes, couleurs, masques, défilés sont au rendez-vous de cette manifestation qui a débuté il y a quelques jours.   

Voir la galerie

Venise vue par satellite, un autre regard sur la cité des Doges

[DIAPORAMA] Comment sont fabriqués les sièges éjectables du Rafale ?

  A Argenteuil (Val d’Oise), la société d'exploitation des matériels Martin Baker (SEMMB) filiale à 50-50 du fabricant britannique Martin Barker Aircraft et du français Safran, fabrique les sièges du Rafale et de l’ensemble des avions de combats de l’Armée française. La société, qui a produit en décembre dernier son 250e siège pour l'avion de combat tricolore, a réalisé un chiffre d'affaires de 28 millions d'euros en 2015. Il faut à peu près 200 heures pour fabriquer un exemplaire de ce siège éjectable. Depuis leur production en 1961, ils ont sauvé la vie de près de 700 pilotes, indique le fabricant.  

Voir la galerie

[DIAPORAMA] Comment sont fabriqués les sièges éjectables du Rafale ?
Voir tous les diaporamas "Aéronautique" >>
Recevez nos newsletters

Identifiez-vous