Usine Nouvelle

S’inscrire à la newsletter
Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Recrutement : pénurie ? Vous avez dit pénurie ? Quelle pénurie ?

, , , ,

Publié le

Au fil des années, l'idée que l'industrie et d'autres secteurs de l'économie seraient victimes de pénurie de personnels s'est installée. Elle a la vie dure bien qu'aucune étude sérieuse ne vienne confirmer ou infirmer ce ressenti.

Recrutement : pénurie ? Vous avez dit pénurie ? Quelle pénurie ?
Thibaut De Jaegher, directeur de la rédaction de L'Usine Nouvelle
© Pascal Guittet - L'Usine Nouvelle

C’est un de ces messages contradictoires que nous réservent parfois l’actualité. Le chômage monte, monte, monte en France et, dans le même temps, les entreprises ne cessent de se plaindre de pénurie de personnels. Soudeurs, commerciaux, chaudronnier… L’industrie manquerait cruellement de bras. Gloups ! Difficile à avaler lorsque l’on sait que 4,6 millions de personnes sont aujourd’hui sans emploi en France. Pourtant, certaines fédérations ou professionnels des ressources humaines n’hésitent pas à avancer des projections en estimant à plusieurs centaines de milliers le nombre d'emplois non-pourvus. Une récente étude du cabinet McKinsey fait même état d'un potentiel déficit de 2,2 millions de diplômés en France à l'horizon 2020.

60 000 JOBS VACANTS EN FRANCE

D’où viennent ces chiffres ? Comment sont réalisées ces projections ? Difficile de la savoir clairement. Ces estimations ressemblent en fait plus à un "ressenti" face à des difficultés ponctuelles de recrutement. Ce qu'ils expriment c'est plus une difficulté ponctuelle de trouver le bon profil pour un poste donné plus qu'une réelle pénurie. On ne peut donc clairement pas se fier à ces déclarations (faites un peu au doigt mouillé) pour mesurer précisément le nombre d’emplois vacants.

En Europe, la vacance d’emploi correspond à une définition stricte. Un "job" est dit vacant quand un poste rémunéré nouvellement créé est inoccupé ou sur le point de devenir vacant. En France, 0,6 % des emplois seulement seraient vacants, selon Eurostat. Nous sommes loin des 2 millions d’emplois pointés par Mc Kinsey car ce taux est non seulement trois fois inférieur à la moyenne de l’Union mais il ne représenterait que 60 000 emplois en tout et pour tout ! Sur l’ensemble de l’Union européenne, près de 1,3 million d’emplois sont considérés comme non pourvus. Les plus gros volumes étant en Allemagne (près de 430 000) et au Royaume Uni (près de 330 000). Pénurie, vous avez dit pénurie, quelle pénurie ?

Thibaut de Jaegher
 

Réagir à cet article

3 commentaires

Nom profil

31/01/2013 - 22h04 - R.Granarolo

Toutes mes félicitations pour cet éditorial... qui me surprendrait presque venant d'un journal qui donne si souvent la parole aux chantres de la pseudo-pénurie d'informaticiens en France (ex. syntec numérique) !
Dans tous les secteurs d'activité, il existe en effet du chômage... et c'est aussi le cas dans l'informatique (presque 7% de chômeurs).
Les difficultés de recrutement s'expliquent le plus souvent par des inadéquations de compétences et de profils (entrainant des discriminations fréquentes, par exemple sur l'âge), mais la main d'oeuvre est bien là elle...
Quant aux emplois vacants et aux offres d'emploi non pourvues, cela relève d'une véritable mystification pourtant fréquemment dénoncée par les experts de Pôle Emploi, lire à ce sujet : http://munci.org/Informatique-des-offres-d-emplois-bidons-au-mirage-des-emplois-non-pourvus
Répondre au commentaire
Nom profil

31/01/2013 - 12h27 - Laurent Brouat

Bonjour, Je suis parfaitement d'accord avec le commentaire précédent...cet éditorial manque totalement de sérieux et de fondements...on sent bien que la personne qui l'assène n'a jamais travaillé avec des professionnels du recrutement qui "galèrent" de plus en plus pour trouver certains profils. Car oui il y a de la pénurie sur certains secteurs (IT, mobile, emplois manuels...).
Répondre au commentaire
Nom profil

29/01/2013 - 15h06 - pedro

Si vous prenez le temps de lire le documents McKinsey de 4 pages que vous citez, vous ne tarderez pas à comprendre que les 2,2 millions manquants sont des profils qualifiés (diplômés du supérieur) et qu'au contraire 2,3 millions de personnes non diplômées ne trouveront pas d'emploi... Attention aux raccourcis trop rapides !
Répondre au commentaire

 

 

Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle
Votre avis ?

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus