Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Maroc

Ratier Figeac décroche un premier contrat avec Boeing grâce à son implantation au Maroc

, ,

Publié le , mis à jour le 29/03/2016 À 13H39

Au Maroc, Ratier Figeac, filiale d'UTC Aerospace va produire à partir de 2019 certains systèmes de commandes (HSTCA) de tous les Boeing 777X et prévoit de doubler la taille de son usine de Casablanca. L’avionneur américain pourrait signer d’autres contrats avec des fournisseurs installés au Maroc dans les mois qui viennent.

Ratier Figeac décroche un premier contrat avec Boeing grâce à son implantation au Maroc
Boeing a signé le 23 mars, un contrat de plusieurs millions d’euros avec Ratier Figeac filiale du groupe aéronautique français UTC Aerospace.
© ratierfigeac

Un beau deal... Bob Noble, le directeur des achats et partenariats fournisseurs pour les avions commerciaux Boeing, a signé ce mercredi 23 mars au Maroc un contrat de plusieurs millions d’euros avec Jean-François Chanut, PDG de l'équipementier français Ratier Figeac. Cette filiale du groupe aéronautique américain UTC Aerospace dispose depuis 2012 d'une usine à Casablanca où seront fabriquées les pièces.

En jeu, la fourniture du système d’actionnement du plan horizontal arrière de l’avion (dit HSTCA) pour tous les gros porteurs B777X que Boeing va lancer à partir de 2020.

"On parle de centaines voire de milliers d’avions", précise Bob Noble. A titre de rappel, l’avionneur américain a vendu plus d'un millier de B777 depuis son lancement en 1994.

"Il s’agit de notre premier contrat avec Boeing, annonce fièrement Jean-François Chanut, nous l’avons obtenu grâce au savoir-faire du groupe et au best cost du Maroc. Toute la phase d’industrialisation se fera en France. La production commencera en 2018 au Maroc pour les premières pièces test. La production industrielle en série commencera en 2019-2020", précise Christophe Delqué directeur du site au Maroc.

8000 m² d’ateliers

"Dans le cadre de ce contrat et dans un plan plus vaste d’augmentation de notre activité au Maroc à l’horizon 2017-2020, nous prévoyons de multiplier par deux la taille de l’atelier", révèle Jean-François Chanut. De nouveaux contrats devraient être signés prochainement par la filiale marocaine du groupe. L’extension de l’atelier située sur la zone Aeropole près de l'aéroport de Casablanca débutera début 2018, il atteindra in fine 8000 m².

"Cela ne signifie pas que nous allons multiplier par deux nos activités, ni le nombre d’emplois [120 aujourd’hui, ndlr], précise Christophe Delqué, mais bien sûr, en plus de la montée en compétence et de la formation de nos équipes nous recruterons".

Avec ses 240 kg et ses 2 mètres de haut, le HSTCA Boeing, est "une pièce critique dont le niveau de technologie est extrêmement élevé. Aujourd’hui, notre supply chaine locale au Maroc  n’est pas en mesure de fournir les composants de HSTCA Boeing, mais nous avons 2 ou 3 ans pour faire monter en compétence notre personnel et nos sous-traitants", assure le directeur du site, confiant dans sa capacité et celle de la chaîne de sous-traitance locale à atteindre.

Ratier-Figeac possède déjà au Maroc un réseau important de sous-traitants. "60% des composants du mini-manche SSU sont achetés, ici, au Maroc", indique Christophe Delqué pendant la visite de l’usine organisée à l’occasion de la signature du contrat avec Boeing en présence de ses sous-traitants, des représentants de Boeing et du ministre de l’Industrie, Moulay Hafid Elalamy.

Cost killer

"La capacité d’UTC d’assembler la pièce au Maroc, était une condition d’octroi du contrat", reconnaît Bob Noble. La raison de notre présence ici, c’est l’association du respect des délais et de standards de qualité très élevés avec une réelle efficacité en termes de coût." La réduction des coûts est en effet le fer de lance de l’action de Boeing au Maroc.

Il y a un an, jour pour jour, Bob Noble était venu faire la promotion de son programme "Partnering for success", lancé en 2012 et accusé par certains de n’être qu’une stratégie de l’avionneur américain pour maximiser ses marges au détriment de ses sous-traitants.

"Nos clients exigent plus pour moins d’argent. Nous devons faire face à cette réalité avec nos fournisseurs. Créer plus de valeur pour moins d’argent, c’est pour ça que vous êtes ici", avait alors clairement expliqué Kent Fischer, VP/GM Boeing Commercial Airplanes Supplier, à ses sous-traitants.

Première concrétisation de cette stratégie au Maroc, la signature du contrat avec Rateir Figeac maroc pourrait être suivie par d’autres. "Notre relation avec nos fournisseurs est une relation de longue durée. On peut s’attendre à de nouvelles signatures dans les mois et les années à venir", a reconnu Bob Noble.

Une progression "très raisonnable" du secteur

Pour achever de convaincre l’avionneur américain des qualités de l’industrie aéronautique au Maroc, le ministre, Moulay Hafid Elalamy n’a pas manqué de rappelé que toute la flotte aérienne de la Royal Air Maroc est composée d’avions Boeing.

"Tous vos concurrents atterrissent dans mon bureau pour m’expliquer que la RAM devrait ouvrir ses portes à d’autres concurrents. […] Je compte sur vous pour que le flux de business qui arrive au Maroc se développe", a lancé le ministre marocain à l’adresse de Bob Noble.

"Le Maroc a la chance d’avoir un ministre très engagé, très impliqué pour le développement du secteur aéronautique", a ajouté Bob Noble en aparté.

"Nous avons mis en place une vraie stratégie aéronautique. Le secteur se développe à une vitesse phénoménale dans le monde et le Maroc est impacté. Il y a une progression de 15% du chiffre d’affaire par an du secteur. Une progression "très raisonnable", dirons-nous ; "peut mieux faire"’, comme on dit à l’école" a également lancé le ministre à l’adresse de Hamid Benbrahim El-Andaloussi, président de l’Institut des Métiers de l’Aéronautique (IMA) et du Gimas, la fédération des entreprises du secteur.

"Notre secteur est en pleine accélération avec l’installation récente de Stelia, Hexcel et Thales pour la 3D", rassure Hamid Benbrahim El-Andaloussi.

Le ministre de l’industrie devrait rencontrer une nouvelle fois les représentants de Boeing les 14 et 15 avril, soit quelques jours avant le Marrakech Air Show, biennal, qui se tiendra lui du 27 au 30 avril.

Julie Chaudier, à Casablanca

Réagir à cet article

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus