Usine Nouvelle

S’inscrire à la newsletter
Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Aéro

Rafale : les négociations entre Dassault et les Emirats arabes unis relancées ?

, , , ,

Publié le

La visite à Abou Dabi de François Hollande la semaine dernière aurait permis de remettre sur la table des négociations l'offre du GIE Rafale aux Emirats arabes unis.

Rafale : les négociations entre Dassault et les Emirats arabes unis relancées ? © Dassault Aviation

Le président de la République ne devait officiellement pas évoquer le Rafale lors de son déplacement aux Emirats arabes unis le 14 janvier dernier. En "off", François Hollande aurait au contraire glissé un mot sur l'offre du français Dassault Aviation pour équiper l'armée de l'air émiratie avec 63 chasseurs "made in France".

Selon les informations du site internet de La Tribune, des négociations sérieuses ont bel et bien repris entre l'avionneur tricolore et les Emirats Arabes Unis, mais sans aller jusqu'à fixer de calendrier pour une éventuelle signature du contrat. Les pourparlers auraient repris après l'entretien de François Hollande avec le président de la fédération Khalifa Ben Zayed Al-Nahyan.

Si les négociations exclusives menées par Dassault Aviation avancent à pas de géant pour une signature du contrat espérée avant mai prochain, avec Abou Dabi, le dialogue est moins aisé pour les "vendeurs" du Rafale.

En novembre dernier, les Britanniques de BAE Systems faisaient même un pied de nez à Dassault après la signature d'un "partenariat dans l'industrie de la défense, y compris une étroite coopération au sujet des avions de combat Eurofighter Typhoon et des industries des nouvelles technologies" entre le Premier ministre David Cameron et son homologue émirati. De quoi remettre le Typhoon en concurrence avec le Rafale? Ou une simple manoeuvre pour peser sur les négociations et le prix proposé par Dassault Aviation?

En novembre 2011, les Emirats arabes unis avaient jugé non compétitive et irréalisable l'offre de Dassault Aviation pour 63 chasseurs Rafale. Après une visite de Charles Eldestenne, ex-PDG de Dassault Aviation, à Abou Dabi début 2012, l'avion multirôle français était revenu dans la course.

Elodie Vallerey

Réagir à cet article

Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle
Votre avis ?

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus