Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Qui est Zora, celui qui veut devenir le Windows de la robotique humanoïde?

 Marion Garreau

Publié le , mis à jour le 21/07/2017 À 18H16

Softbank Robotics, fabricant du célèbre robot humanoïde Nao, a annoncé jeudi 20 juillet qu’il allait renforcer sa collaboration avec la société belge Zora Bots. Davantage de Nao équipés de l’application Zora devrait être vendus à l'avenir. Décryptage de cette solution logicielle qui s’est imposée sur le marché en quatre ans.

Qui est Zora, celui qui veut devenir le Windows de la robotique humanoïde? © Capture d'écran vidéo YouTube - Christophe Séfrin

Un partenariat gagnant-gagnant. Le fabricant de robots Softbank Robotics a annoncé, jeudi 20 juillet, qu’il allait renforcer sa collaboration avec la société belge Zora Bots, qui a développé une solution logicielle pour l'humanoïde Nao. Cela fait quelques années déjà que Zora donne vie à des Nao, la société éditrice du logiciel achetant les robots, les équipant puis les louant ou revendant. En faisant le choix de se rapprocher, les deux sociétés espèrent élargir la distribution de robots Nao équipés de la solution Zora. Ce partenariat souligne le succès que cette application a trouvé auprès des clients finaux. Qui est Zora Bots, comment fonctionne sa solution et avec quelles spécificités et ambitions ? Décryptage.

Une solution née pour l’accueil et le médical

Zora Bots est une société fondée en Belgique en 2011 par Fabrice Goffin et Tommy Deblieck. Leur idée originelle : faire en sorte que les robots humanoïdes facilitent réellement la vie de l’homme. "A l’époque, les seuls robots humanoïdes aptes à rendre service à l’homme étaient les Nao mais ils étaient utilisés dans l’éducation et la recherche et fonctionnaient avec un logiciel fait pour des informaticiens, explique Fabrice Goffin, interrogé par L'Usine Nouvelle. Nous avons donc voulu donner à ce robot un usage plus large en créant un logiciel utilisable par tous." La première application développée a été celle de la délivrance d’informations, pensée pour le secteur de l’hospitalité. Mais c’est plutôt dans le médical que la demande fut forte. Zora Bots est notamment démarchée par le service pédiatrie d’un hôpital universitaire à la recherche d’un robot d’aide à la rééducation. En septembre 2013, la société lui vend son premier Nao équipé de sa solution logicielle. Les milieux du médical et de l’assistance aux personnes âgées sont depuis restés son focus, avec le développement d’applications de jeux et d’exercices pour lutter contre les pertes de mémoires et le déclin cognitif notamment. Aujourd’hui, plus de 700 hôpitaux ou centres de soins dans le monde utilisent le logiciel Zora, installé sur des robots Nao ou plus rarement sur son frère Pepper.

Un usage simple accessible à tous

Ce qui distingue Zora, c’est sa simplicité d’usage. "Nous sommes aujourd’hui le seul logiciel pour robot humanoïde qui soit à cent pour cent utilisable par quelqu’un n’ayant aucune notion d’informatique", souligne Fabrice Goffin. Et de souligner que ceux qui le manipulent sont des aide-soignant, des infirmiers ou des bagagistes. La solution Zora comprend trois volets. D’abord un cockpit à travers lequel l’usager peut piloter en temps réel le robot, c’est-à-dire le faire avancer, bouger ou encore parler dans l’une des 19 langues qu’il a apprises. Un catalogue d’une centaine d’applications permet ensuite de faire agir le robot selon un comportement prédéfini tel une danse, un exercice de mathématiques ou un jeu de logique. L’usager peut enfin créer ses propres comportements grâce à un module de composition, dans lequel il insère dans l’ordre qu’il souhaite des blocs d’actions, comme dans un logiciel de montage vidéo. Sans compter que les mises à jour se font toutes seules, que la société s’occupe de la maintenance et que ses équipes sont là en soutien si cle lient n’arrive pas à programmer le comportement qu’il souhaite.

L’ambition de devenir le Windows de la robotique humanoïde

Avec le nouveau partenariat signé avec Softbank Robotics, Nao va devenir un véritable ambassadeur pour la solution Zora, qui devrait accélérer la diversification de ses applications afin de répondre aux demandes de secteurs tels que le commerce et l’éducation. Mais la société ne veut pas se limiter à Softbank Robotics, même s’il reste son premier partenaire. L’Etats japonais lui a acheté 75 licences l’an dernier (pour un prix unitaire de 3500 euros) afin de les installer sur d’autres robots. Des tests en version béta sont également en cours chez plusieurs fabricants chinois. "Nous voulons être la solution logicielle qui fonctionne sur tous les robots humanoïdes, comme le système d’exploitation Windows pour les ordinateurs", fait valoir Fabrice Goffin. Sans oublier que la société, qui compte aujourd’hui 51 salariés, ne s’interdit pas de mettre un pied dans la fabrication. Elle a récemment sorti son premier robot, Billy-Billy, un pot de fleur interactif qui se veut compagnon des personnes âgées.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus