Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Qui est Edeis, le nouvel acteur français de l’ingénierie ?

Marine Protais

Publié le

Edeis, la société créée fin décembre par le fonds Ciclad et la société de participation Impact Holding, a racheté les actifs français du groupe canadien SNC-Lavalin. Son objectif est de doubler le chiffre d’affaires de l'activité gestion des aéroports d’ici à cinq ans, et stabiliser l'activité ingénierie, jusqu’ici déficitaire.

Qui est Edeis, le nouvel acteur français de l’ingénierie ?
L'aéroport d'Annecy Montblanc est désormais géré par la société Edeis.
© Aéroport d'Annecy Montblanc

Voici un nouveau venu dans le secteur de l’ingénierie. Edeis est née le 30 décembre 2016, d'un partenariat à parts égales entre la société de participation française Impact Holding et le fonds d'investissement français Ciclad. La structure a racheté les activités françaises du groupe canadien SNC-Lavalin, soit 13 agences d’ingénierie, la gestion de 19 aéroports et du port de plaisance de Rouen.

Edeis s’est donné pour objectif de porter le chiffre d’affaires à 170 millions d’euros d’ici à deux ans, contre 140 millions d’euros aujourd’hui – réparti à parts égales entre les activités gestion d’aéroport et ingénierie. "Les deux premières années, la croissance sera surtout portée par l'exploitation des aéroports", précise Jean-Luc Schnoebelen, président d’Impact Holding et d’Edeis. "Nous comptons doubler le revenu de cette activité d’ici à cinq ans, en remportant des appels d’offres en France et à l’étranger, notamment en Europe et en Afrique de l’Ouest."

Stabiliser l'activité ingénierie

Si l'activité gestion d’aéroports se portait plutôt bien avant l'arrivée d'Edeis, l’activité ingénierie de SNC-Lavalin était en perte de vitesse. "La société était traumatisée par un management nord-américain peu adapté à la France. Le précédent propriétaire ne tenait pas compte de la culture", explique Jean-Luc Schnoebelen. "Le déficit de la partie ingénierie s’explique aussi par une organisation matricielle peu adaptée au métier d’ingénieriste qui nécessite de la proximité, et à des acquisitions puis des cessions dans des domaines mal maîtrisés comme le pétrole et le gaz."

Pour stabiliser les activités d’ingénierie, Edeis compte renforcer son expertise dans trois domaines : la conception d’hôpitaux, d’infrastructures de transport et de sites industriels, notamment pour l’agroalimentaire. Royal Canin et L’Oréal font déjà partie de ses clients. "Nous sommes en train de recruter des experts pour chacune de ces activités : des anciens directeurs d’usines, des chirurgiens…", avance le président. "En France beaucoup de structures complexes, comme les hôpitaux, sont déjà obsolètes une fois réalisées. Car les évolutions de ces bâtiments, comme leur digitalisation, ne sont pas prises en compte au moment de leur conception. Nous voulons apporter notre expertise pour anticiper le futur des infrastructures."

SNC-Lavalin employait 1100 personnes en France. Edeis assure que le rachat n’aura pas d’impact négatif sur l’emploi.

Réagir à cet article

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus