Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

Quelles sont les villes candidates pour accueillir l'Agence européenne du médicament ?

Léna Corot , , , ,

Publié le

Lille vient de se porter candidate pour accueillir l'Agence européenne du médicament (EMA). Cette agence, située à Londres, devrait probablement déménager suite aux choix de la Grande-Bretagne de quitter l'Union européenne. Plusieurs villes européennes ont déjà fait savoir qu'elles étaient candidates pour accueillir cette institution européenne.

Quelles sont les villes candidates pour accueillir l'Agence européenne du médicament ?
Lille se porte candidate pour accueillir l'Agence européenne du médicament. /Photo d'archives/REUTERS/Srdjan Zivulovic
© Srdjan Zivulovic / Reuters

Lille vient de se porter officiellement candidate pour accueillir l’Agence européenne du médicament (EMA). Suite au Brexit, la question de la localisation de l’EMA,  basée à Londres depuis sa création en 1995, se pose.

L’EMA, actuellement, c’est 890 salariés permanents et plus de 3 000 experts qui viennent régulièrement à l’agence. Cela permet à une ville de favoriser son développement économique. C’est pourquoi de nombreuses villes se portent candidates.

Avant même le vote sur le Brexit, la Suède et le Danemark avait déjà annoncé qu’ils se porteraient candidats en cas de sortie de la Grande-Bretagne de l'Union européenne. L’Espagne, l’Italie et l’Allemagne ont annoncé des candidatures pour Barcelone, Milan et Bonn. En France, deux villes sont officiellement candidates Lille et Strasbourg. Des voix s’élèvent pour que Lyon postule également. Les traités européens précisent que "le siège des institutions de l’UE sera déterminé par un accord entre les gouvernements des Etats membres". Les débats risques d’être longs et animés.

Front uni à Lille pour déposer une seconde candidature

A Lille, la démarche est menée conjointement avec la maire Martine Aubry (PS), le président de région Xavier Bertrand (LR) et le président de la métropole Damien Castelain (SE). Lille avait déjà candidaté lors de la création de cette agence mais avait échoué face à Londres. Le communiqué met en avant la proximité géographique de la ville avec Londres, ce qui faciliterait le déménagement des locaux.

Le GIE Eurasanté, une agence de développement économique de la filière biologie santé nutrition qui regroupe le pôle de compétitivité nutrition santé longétivité, un bio-incubateur spécialisé en santé et le parc eurasanté, dédié à l’accueil d’activités, est situé à Lille. De même que de grands groupes pharmaceutiques, ajoute le communiqué. Dans la région, 27 000 personnes travaillent au sein de la filière santé pour un chiffre d’affaires global de plus de 11,5 milliards d’euros, précise le communiqué.

Le CHRU de Lille figure parmi les premiers hôpitaux universitaires au Nord de l’Europe. Il est promoteur d’études cliniques pour l’industrie pharmaceutique. Et la faculté des sciences pharmaceutiques et biologiques est l’une des plus importantes de France. La ville dispose de nombreux atouts à mettre en avant.

L'euro-métropole strasbourgesoise bénéficie déjà du Parlement européen

L’euro-métropole de Strasbourg a lancé sa candidature officielle pour accueillir l’EMA début juillet. La situation géographique de la ville, proche de Bâle et de l’Allemagne, où le tissu des industries chimiques et pharmaceutique est développé, est mise en avant.

La Pharmacopée, ouvrage réglementaire destiné aux professionnels de la santé, qui dépend du Conseil de l’Europe est rédigé à Strasbourg. Le parlement européen est situé à Strasbourg. Dans leur communiqué ils ajoutent que plusieurs "instituts d’excellence scientifique" sont aussi basés dans cette ville. Et l’université de Strasbourg est classée dans les 100 premières au monde. Mais la ville bénéficie déjà de la présence du Parlement européen, ce qui pourrait être un frein à sa canditature si les Etats cherchent à répartir les institutions dans différentes villes.

Lyon, la non-officielle, dispose d'institutions pharmaceutiques d'envergure

Françoise Grossetête, vice-présidente du parti populaire européen en charge des dossiers santé, a lancé la "candidature" de Lyon en publiant un communiqué. Le maire de Lyon n’y a pas encore donné suite. A la métropole, aucune décision officielle n’a été prise, mais on affirme que la métropole serait favorable à une telle candidature.

Françoise Grossetête affirme dans son communiqué : "Lyon dispose d’un excellent réseau de transports et d’infrastructures de qualité, elle jouit d’une excellente situation géographique". Plus encore, Sanofi y a son siège mondial, les laboratoires BioMérieux y sont présents ainsi qu'un laboratoire P4 de l’Inserm.

La vice-présidente du parti populaire européenn précise que : "Chaque année, la ville accueille le forum international des sciences de la vie (Biovision) où se réunissent notamment des universitaires et des start-ups de biotechnologies". Le bureau régional de l’OMS pour l’Europe est situé à Lyon. Pôle majeur de recherche et d’innovation dans le domaine médical, Lyon bénéficie aussi d'une université réputée.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus