Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Que retenir du rapport de la SCNF sur la déroute de la gare Montparnasse ?

Cédric Soares , ,

Publié le

La SNCF a publié, jeudi 3 août le rapport concernant l'incident de la gare Montparnasse. Information voyageur plus que bancale, manque d'anticipation, coordination technique aléatoire... Qu'est ce que la SNCF doit apprendre de ce fiasco ? 

Que retenir du rapport de la SCNF sur la déroute de la gare Montparnasse ?
La SNCF a publié, jeudi 3 août, un rapport sur l'incident qui a perturbé la circulation en gare de Montparnasse entre le 29 juillet et le 2 Août
© yisris CC Flickr

Après trois jours de perturbation à la gare Montparnasse et plus de 100 000 voyageurs touchés, la SNCF vient de publier son propre diagnostic. Le rapport de 28 pages a été mis en ligne jeudi 3 août. Voici ce qu’il faut en retenir.

La nouvelle LGV mise en cause

Le 2 juillet, la SNCF lance la nouvelle ligne à grande vitesse Océane. Pour faire face à l'augmentation du trafic, des travaux avaient été réalisés sur le poste d'aiguillage de Vanves-Malakoff (Hauts-de-Seine). Problème, un câble du poste d’aiguillage est alors mal isolé. Cela peut représenter un danger, comme par exemple être à l'origine d'incohérences de signalisations (feu rouge passant au vert) sur l'aiguillage. 

Vendredi 28 juillet dans l'après-midi, des équipes de la SNCF détectent les signaux précurseurs d’un défaut d’isolation sur les infrastructures du réseau. A ce moment là, impossible de savoir d'où vient exactement le problème. Le samedi à 17h le poste de Vanves-Malakoff est identifié comme étant le suspect n°1. L’investigation nécessite l’arrêt complet du trafic. Le poste et la gare Montparnasse ferment à minuit.

Commence un véritable travail de fourmi, chaque câble et connecteur est testé un à un par 40 collaborateurs. 14 des 17 baies sont testées dans la nuit et le début de matinée dimanche. Les trois dernières, sans connecteurs, nécessitent plus de temps pour être passées en revue. Le câble deffectueux sera identifié le mardi matin, avant un retour à la normale à la gare Montparnasse le mercredi. 

Durant l'incident, par mesure de sécurité, les trains “marchent à vue” à 30 km/h dans le périmètre autour du poste d’aiguillage. Les locomotives marquent également l’arrêt à tous les feux de signalisation. Des consignes de sécurité qui aboutissent à la supression de trains :  trois TGV et six trains régionaux par heure dans chaque sens. Près de 20% des trains ont dû être annulés, indique le rapport. Les passagers de 102 trajets, sur les 609 prévus sont restés sur le carreau. 

Que retenir de cet incident ? 

Le document de la SNCF pointe du doigt son propre manque d'anticipation. Le plan de continuité d'activité en cas de fermeture d’une gare parisienne, s'il existe, à été "dépassé" "dans cette période de forte affluence". Vient s’ajouter un très grand nombre de plaintes de voyageurs concernant des informations "imprécises, incertaines voire contradictoires" relève le document. Pour cause, l’opérateur ne dispose d’aucune base de données centralisée. Les panneaux, annonces vocales et personnels en gare donnent des informations collectées auprès des agents d’escale de Montparnasse. Le centre d’opérations et services (COS) TGV Atlantique leur fournit les données. Le site voyages-sncf.com et l’application mobile SNCF sont alimentés par des sources d'informations différentes et créent des incohérences. Pire, aucun protocole n’est défini pour la ligne d’information téléphonique.

Selon la SSII mandatée pour le rapport “Les systèmes d’information actuels ne permettent pas de traiter correctement toutes les situations opérationnelles”, comme les trains arrivant à une gare autre que celle initialement prévue ou des arrêts supplémentaires. Autre conséquence, des trains fermés à la vente, mais circulant toujours, aparaissaient comme annulés sur le site voyages-sncf.com. Fiasco supplémentaire, les voyageurs peuvent éditer sur les appareils de vente en gare des billets de trains partant de Paris Montparnasse alors qu’ils sont reportés à Austerlitz. Concernant le panneau d'affichage de la gare Montparnasse, il est tout simplement impossible d'y d'afficher "Gare d'Austerlitz". 

D’un point de vue technique, le rapport préconise également que SNCF Réseau améliore la traçabilité des interventions sur les équipements entre les différents intervenants que sont les organismes d’études, les intervenants travaux, ou la maintenance. Le rapport invite également à numériser la documentation des postes d’aiguillages...

Entre la détection d'un problème sur le réseau et l'identification précise de sa localisation à Vanves, une journée s'est passée. Le rapport préconise assez logiquement que la SNCF améliorer la capacité de détection des pannes de signalisation des postes d’aiguillages. Il propose également d'organiser une supervision 24/24 des installations prioritaires et d'améliorer la maintenance prédictive. 

 

 

 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus