Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Quand Tepco construit un mur de glace à Fukushima

Ludovic Dupin , ,

Publié le

L’autorité de sûreté nucléaire japonaise autorise Tepco à bâtir un mur de glace de 1500 mètres de long enfoncé à 30 mètres dans le sol pour limiter l’accumulation d’eau contaminée sur la centrale de Fukushima.

Quand Tepco construit un mur de glace à Fukushima © Tepco

Les fans de Game of Thrones, la célèbre saga de G.R.R Martin, ne passeront pas à côté de ce projet de Tepco sur le site de la centrale accidentée de Fukushima au Japon. Tandis que, dans la série, les Sept Royaumes ont bâti un mur de glace géant pour repousser le danger qui vient du nord, l’électricien nippon va, pour sa part, bâtir un mur de glace pour repousser une autre menace : celle de l’eau contaminée.

Les dimensions du projet japonais n’ont pas à rougir de la comparaison avec la saga fantastique. En amont de la centrale accidentée, il s’agit de geler le sol sur un kilomètre et demi de long et une trentaine de mètres de profondeur. Pour cela, les ingénieurs vont insérer dans le sol un réseau de tuyaux où circulera de l’azote liquide. La terre, une fois gelée, bloquera l’écoulement de l’eau saine depuis les terres vers l’océan à travers la centrale. Aujourd’hui, une partie de cette eau se retrouve souillée de particules radioactives au pied des réacteurs. Elle doit être pompée, traitée et stockée.

435 000 mètres cubes d’eau contaminée

Les ingénieurs de Tepco ont imaginé ce projet dès mi-2013 et l’ont soumis à l’examen de l’autorité de sûreté nucléaire japonaise. Cette dernière doit encore lever quelques interrogations mais a autorisé, ce lundi 26 mai, Tepco à lancer la construction de l’édifice. Son coût est estimé à 360 millions d’euros pour un achèvement fin 2015.

De manière générale, l’eau est aujourd’hui le principal problème de la centrale japonaise. Entre l’eau de ruissellement et l’eau injectée pour refroidir les cœurs fondus (100 mètres cubes par jour pour chacun des trois cœurs endommagés), Tepco stocke déjà 435 000 mètres cubes d'eau contaminée dans plus d’un millier de réservoirs. 700 000 mètres cubes devront être stockés d’ici à 2015. Un volume intenable qui a poussé Tepco à solliciter l’aide étrangère et à demander au gouvernement l’autorisation de rejeter de l’eau dans l’océan.

Depuis mi-mai, l’électricien a déjà la possibilité de pomper de l’eau de ruissellement non contaminée en amont de la centrale et à la rejeter dans l’océan. A terme, Tepco pourrait être autorisé à rejeter des eaux contaminées, après leur passage par l’usine de décontamination qui ne peut toutefois la rendre pure totalement. En particulier, la présence de tritium est quasiment inévitable en l’état actuel des technologies. 

De nombreux autres projets, complètement inédits, sont imaginés pour "soigner la centrale" : rayons cosmiques, surveillance spatiale, ouvriers en exosquelette…

Ludovic Dupin

Réagir à cet article

Les entreprises qui font l'actu

 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus