Usine Nouvelle

S’inscrire à la newsletter
Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

PSA Peugeot-Citroën veut supprimer l’équipe de nuit de l'usine de Poissy

, , , ,

Publié le

Le constructeur automobile veut supprimer l’équipe de nuit de son usine de Poissy (Yvelines) en prévision d’une forte baisse du volume de production de l’établissement.

PSA Peugeot-Citroën étudie la possibilité de supprimer d’ici le printemps 2017 l’équipe de nuit à l’usine de Poissy (Yvelines). L'entreprise présentera un projet en ce sens lors du Comité Central d’Entreprise, prévu jeudi 4 février. Cette mesure qui concernerait environ 700 personnes n’entrainera pas de licenciement.

"Il y a actuellement une étude pour une probable suppression de l’équipe de nuit. Le montage ou le démontage d’une équipe font partie de la gestion courante d’une entreprise", a confirmé, mercredi soir, un porte-parole de PSA Peugeot-Citroën.

L’usine de Poissy doit commencer à produire un nouveau modèle Premium de la marque DS fin 2018 mais enregistra d’ici là l’arrêt progressif de la fabrication de la Citroën C3. D’où l’anticipation d’une forte baisse d’activité.

"Les volumes prévisionnels sont connus. On sait que l’on va avoir un creux en matière de volume de production et mécaniquement pour assumer ce creux nous devons arrêter notre équipe de nuit", a précisé le porte-parole de l’entreprise. L’usine des Yvelines qui a produit 222 000 véhicules en 2015 ne devrait en fabriquer que 140 000 en 2017 et même 120 000 en 2018.

Suppression progressive

"Le projet de la direction prévoit le passage à une demie-équipe de nuit fin 2016 avant une suppression définitive de cette dernière au printemps 2017", indique pour sa part Frédéric Lemayitch, Délégué Syndical CFTC de PSA-Poissy.

"Cette disparition progressive de l’équipe de nuit n’entraînera pas de licenciement et s’articulera autour de la mise en œuvre du dispositif de gestion des emplois et des compétences", détaille Frédéric Lemayitch.

Une partie des personnels concernés serait reclassée dans les équipes de jour. Le reste bénéficierait d’un plan de départ volontaire comprenant des congés seniors et des mesures de mobilité externes sécurisés.

Patrick Désavie en Île-de-France

Réagir à cet article

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus