Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

PSA dévoile ses technologies dans le véhicule électrique

, , ,

Publié le

Le groupe présentait à Paris mercredi 25 mai les technologies qui seront à la base de son offre prévue en 2019 de véhicules électriques et de véhicules hybrides rechargeables.   

PSA dévoile ses technologies dans le véhicule électrique © Monique Dupont Sagorin PSA

2 à 4 % : c’est la proportion de véhicules électriques qui rouleront sur les routes européennes et chinoises à l’horizon 2025, estime le groupe PSA, qui anticipe une explosion des ventes dans les dix prochaines années. Rappelons qu’en France, le marché des véhicules peine à dépasser le 1 % des ventes en 2015. Le constructeur français devrait mettre sur le marché dès 2019, en Europe et en Chine, des véhicules de segment B et C (SUV et berline) alors que l’électrique s’est jusqu’ici beaucoup développé sur le segment A (les petites citadines comme la Citroën C-Zéro et la Peugeot Ion que le groupe propose déjà depuis plusieurs années).

"Nous arriverons pile poil lorsque le marché va décoller", indiquait Carlos Tavares, le Pdg du Groupe PSA, lors d’une présentation des technologies à la presse ce mercredi 25 mai à Paris.

Plus d'autonomie

Quatre véhicules seront proposés dès 2021 par PSA sous les marques Peugeot, Citroën et DS. PSA a ainsi adapté à l’électrique sa plate-forme mondiale CMP (common modular platform) qu’il devrait partager avec son partenaire chinois DongFeng. "Les nouvelles générations de batteries devraient nous permettre d’offrir 450 kilomètres d’autonomie", indique Andres Yarce, en charge du projet électrique chez PSA. Le développement des recharges rapides devrait également permettre de facilité l’utilisation par un consommateur qui acceptera de moins en moins les compromis vis-à-vis du véhicule électrique (habitabilité, autonomie). La plate-forme E-CMP embarquera une batterie Lithium-Ion de 300 kilos et de 50 kWh d’énergie embarquée et un nouveau type de pompe à chaleur permettant de chauffer l’habitacle en consommant beaucoup moins d’énergie, et donc offrant plus d’autonomie.

L'hybride, plus cher

La plate-forme EMP2, destinée aux véhicules de segments C et D, devrait accueillir quant à elle les modèles de véhicule plug-in hybrid associant un moteur électrique (avec une batterie plus de dix fois plus puissante, offrant une autonomie de 60 kilomètres) à un moteur thermique. "Cette technologie sera plutôt réservé aux véhicules plus haut de gamme, car elle est sensiblement plus chère", avoue Gilles Le Borgne, le directeur de l’innovation du constructeur français, qui anticipe un marché mondial du véhicule décarbonné (électrique et hybride rechargeable) de 10 à 13 %. Un premier modèle arrivera dans la gamme DS en 2019.

Cette approche par le biais des plates-formes devrait permettre, selon Carlos Tavares, d’intégrer plus facilement les différents types de motorisations sur un même flux sur les lignes de production du constructeur et s’adapter ainsi aux évolutions du marché, et pouvoir y répondre facilement.

Patrick Déniel

Réagir à cet article

Les entreprises qui font l'actu

 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus