L'Usine Maroc

Projets industriels, nouvelles usines, infrastructures, énergie, numérique, innovation, conjoncture... les faits majeurs de l’actualité industrielle du royaume chérifien sont dans L'Usine Maroc. Un site pour comprendre et anticiper les enjeux d’une économie en mutation, où les investisseurs internationaux se pressent et devient une passerelle entre l’Europe et l’Afrique.

L'Usine Maroc

Premiers raccordements pour le plus gros parc éolien d’Afrique à Tarfaya au Maroc

Par  - Publié le
Turbine Siemens prête pour l'installation sur le parc éolien Gdf-Suez Nareva de Tarfaya dans le sud du Maroc
Turbine Siemens prête pour l'installation sur le parc éolien Gdf-Suez Nareva de Tarfaya dans le sud du Maroc
© Windhoist

Le site de 301 MW développé dans le sud du Maroc par le consortium Nareva GDF-Suez arrive en phase opérationnelle. Il sera achevé en fin d’année.

Ça tourne ! Les premiers raccordements au réseau électrique de la centrale éolienne de Tarfaya dans le sud du Maroc ont été effectués fin mars. C’est ce qu’indique à L’Usine Nouvelle Ahmed Nakkouch, PDG de Nareva Holding, un des deux partenaires de ce projet, à l’occasion des Assises de l’industrie le 2 avril à Casablanca.

La construction du parc de Tarfaya, le plus grand d’Afrique à ce jour, a été lancée début 2013. Ses promoteurs à 50-50 du projet sont Nareva, une filiale de la SNI (holding de la famille royale du Maroc) et le groupe GDF-Suez, regroupés pour l’occasion dans la société Tarec.

escale de St-Exupéry

Le site qui totalise 301 MW de capacité accueille 131 moulins d’un diamètre de 101 m. équipés de turbines Siemens SWT-2.3-101 de 2,3MW chacune.

Tarfaya petit port de pêche au milieu du désert est connu pour avoir été une escale régulière de l’aviateur St-Exupéry dans ses vols postaux vers Dakar.

Grâce aux alizés réguliers de la région, le parc situé sur un plateau en zone désertique à quelques km en retrait de l’océan Atlantique bénéficie d’un facteur de charge en vent supérieur à 40%, un élément clé de son équation économique, car il n’existe pas de tarif de rachat au Maroc.

L’investissement s’élève à 450 millions d’euros financé à  80% par un pool de banques marocaines (Attijariwafa Bank, Banque centrale populaire et BMCE). Le solde a été apporté sur fonds propres à égalité par GDF-Suez et Nareva Holding.

L'électricité produite a fait l'objet d'un programme d'achat sur 20 ans conclu avec l’ONEE (Office national de l'électricité et de l'eau du Maroc) dans le cadre d’un contrat BOOT (Build, Own, Operate and Transfer). Une disposition ouverte par la loi dite "13-09" de 2011 sur la libéralisation du secteur électrique.

"Le parc va être totalement achevé et opérationnel avant la fin de l’année", indique Ahmed Nakkouch.

des mats fabriqués par DLM à Casablanca

Le Maroc a connu ces dernières années une forte progression de sa demande électrique de l’ordre de 4 à 6% par an (elle a toutefois stagné en 2013). Pour suivre, cette hausse le royaume s’est lancé dans une extension tous azimuts de ses capacités électriques aussi bien dans le charbon (future centrale de Safi ou extension de Jorf Lasfar) que dans les énergies vertes.

A l'horizon 2020, le pays prévoit d’atteindre 40% de sa capacité électrique dans les énergies renouvelables que ce soit via l’éolien ou aussi le solaire avec notamment le projet phare de solaire à concentration (CSP) appelé "Noor" à Ouarzazate.

Par ailleurs, l’ONEE vient de lancer en février un appel d’offre géant pour 850 MW de projets éoliens sur lesquels Nareva, Gdf Suez mais aussi Edf, Enel, General Electric ou le saoudien Acwa sont candidats. Au total, le plan de développement éolien du Maroc se chiffre à 2000 MW, non compris plusieurs autres petits parcs déjà développés notamment par les cimentiers.

Au vu de la taille des projets à venir, "les autorités veulent susciter la création d’une industrie éolienne intégrée dans notre pays par exemple pour la production de pales", expose un haut fonctionnaire marocain. Le sujet du contenu local dans le cadre des grands projets est un sujet récurrent au Maroc, abordé notamment lors des Assises de l'industrie la semaine dernière à Casablanca par Moulay Hafid Elalamy, le ministre de l'industrie

Pour le site de Tarfaya, l’entreprise de mécanique lourde DLM, basée près de Casablanca, a fabriqué plusieurs dizaines de mats d’éoliennes. L’érection des éoliennes a été réalisée par la société britannique Windhoist.

Pierre-Olivier Rouaud, à Casablanca

Imprimer

Partagez l’info :

Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin envoyer à un ami

Effectuer une autre recherche

Rechercher

Recevez nos newsletters

Identifiez-vous